Cette page  contient simplement des hadiths qui, pour la plupart, ne pouvaient pas être classés dans les autres catégories.  Elles n'incluent donc pas les hadiths misogynes, homophobes, haineux envers les non-musulmans et djihadistes, (qui ont déjà leur propre catégorie).  Certains évènements peuvent être relatés dans plus d'un hadith.  L'orthographe des hommes qui ont compilés les hadiths peut varier d'une traduction à l'autre.  Les hadiths provenant du livre Le Jardin des Vertueux ont conservé leur numérotation.

 Dernière mise à jour: 9 mars 2015.

 Image du Blog chouky39.centerblog.net

Hadith encourageant la violence envers les enfants:

 

  • L’apôtre est venu chez nous, entouré d’hommes et de femmes de ses compagnons. Ma mère m’appelle alors que je jouais à la balançoire. Elle me fait descendre. Puis, elle arrange mes cheveux. Remarquant mon visage barbouillé, elle prend un peu d’eau et me lave le museau. Ensuite, elle me conduit – sans savoir ce que sa mère voulait d’elle –, commente Qaddûra. En arrivant à la porte, elle m’arrête et attend que les gens dégagent de la place. Puis, elle me fait entrer. L’apôtre est assis sur un lit dans notre demeure. Elle me place dans son giron et me dit : Voici ton époux, qu’Allah vous bénisse ! les gens se lèvent et s’éclipsent. Nous consommons le mariage dans notre propre maison. Je n’ai alors que neuf ans. » (Tabarî, 3/176, Sahih Muslim, “Livre du Nikâh”, 1442, Ibn Hanbal, op. cit. 8/211, Al-Samt-al-thamîn, 32, Daddûra, op. cit., p. 78.)

 

 

  • 301. Selon 'Amr Ibn Shou'ayb, selon son père, son grand-père (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Ordonnez à vos enfants de faire la prière à l'âge de sept ans et, quand ils en ont dix, frappez-les s'ils s'en abstiennent. Ne les faites pas coucher dans le même lit». (Rapporté par Abou Dawùd)


 

  • 302. Selon Abou Thourayya Al Jouhanni (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Enseignez la prière à l'enfant quand il a sept ans et frappez-le à l'âge de dix ans quand il s'en abstient». (Rapporté par Abou Dawùd et Attirmidhi)


 

  •  651. Toujours selon elle, les hommes de Qoreysh furent peinés par la condamnation de la femme de la tribu   Makhzûm qui avait volé. Ils dirent: «Qui de vous parlera à son sujet au Messager de Dieu (bsdl)?» Ils dirent: «Qui donc oserait lui en parler si ce n'est Ousàma Ibn Zeyd, le bien aimé du Messager de Dieu (bsdl)?» Ousàma lui en parla donc. Le Messager de Dieu (bsdl) lui dit: «Est-ce que tu intercèdes dans une sanction arrêtée par Dieu le Très-Haut Lui-même?» Il se leva ensuite et fit le discours suivant: «Ceux qui étaient avant vous (les Juifs et les Chrétiens) n'ont été perdus que lorsqu'ils laissèrent impuni le noble qui avait volé tandis que le faible était châtié pour la même faute. Par Dieu! Si Fatima, la fille de Mohammad, avait volé, je lui aurais coupé la main». (ura)


 

 

 whip

Hadiths encourageant l'esclavage:

 

  • 242. Toujours selon lui, le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Quand la femme esclave commet l'adultère et que cela est prouvé, que son maître lui donne les cinquante coups de fouet réglementaires sans pourtant l'admonester (lui faire des reproches). Quand elle commet l'adultère pour la deuxième fois, qu'il lui donne les cinquante coups de fouet réglementaires sans pourtant l'admonester. Puis quand elle le commet pour la troisième fois, qu'il la vende même contre un bout de corde de poils de chèvre».


 

  • 1768. Selon Jarir (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Tout esclave qui quitte son maître sans sa permission devient renié par ma communauté». (Rapporté par Moslem)


 

  • 1769. Selon lui encore, le Prophète (bsdl) a dit: «Quand l'esclave quitte son maître sans sa permission, Dieu ne lui agrée plus sa prière». Dans une autre version: «II devient mécréant».


 

  • D’après 'Abû Hurayra et Zayd ibn Khâlid Al-Juhanî, un homme des Arabes vint trouver l'Envoyé d'Allah (pbAsl) et lui dit: "O Envoyé d'Allah, je te le demande au nom du Seigneur, ne décide pour moi que d'après le Livre d'Allah". - "Oui, dit son adversaire qui était plus instruit que lui, décide entre nous d'après le Livre d'Allah et donne-moi la parole". - "Parle", lui dit l'Envoyé d'Allah (pbAsl). - "Mon fils, dit l’homme, était employé chez cet homme et il a abusé de sa femme. Comme on m'avait raconté que mon fils méritait d'être lapidé, je l'ai racheté de ce châtiment en donnant cent brebis et une esclave. Des gens illuminés que j'ai consultés ensuite m'ont appris que mon fils ne méritait que cent coups de fouet et un an d’exil et que c'était la femme qui devait être lapidée". - "Par Celui qui tient mon âme entre Ses mains, s'écria l'Envoyé d'Allah (pbAsl), je vais décider entre vous d'après le Livre d'Allah: on va te rendre tes cent brebis et ton esclave, et ton fils doit recevoir cent coups de fouet et être exilé pendant un an. O 'Unays, va trouver la femme de cet homme et si elle avoue sa faute, lapide-la". 'Unays se rendit auprès de la femme qui fit des aveux et l'Envoyé d'Allah (pbAsl) donna l'ordre de la lapider. Ce qui fut fait.ujours selon lui, le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Quand la femme esclave commet l'adultère et que cela est prouvé, que son maître lui donne les cinquante coups de fouet réglementaires sans pourtant l'admonester (lui faire des reproches). Quand elle commet l'adultère pour la deuxième fois, qu'il lui donne les cinquante coups de fouet réglementaires sans pourtant l'admonester. Puis quand elle le commet pour la troisième fois, qu'il la vende même contre un bout de corde de poils de chèvre».

 

  • D’après 'Abû Hurayra et Zayd ibn Khâlid Al-Juhanî, un homme des Arabes vint trouver l'Envoyé d'Allah (pbAsl) et lui dit: "O Envoyé d'Allah, je te le demande au nom du Seigneur, ne décide pour moi que d'après le Livre d'Allah". - "Oui, dit son adversaire qui était plus instruit que lui, décide entre nous d'après le Livre d'Allah et donne-moi la parole". - "Parle", lui dit l'Envoyé d'Allah (pbAsl). - "Mon fils, dit l’homme, était employé chez cet homme et il a abusé de sa femme. Comme on m'avait raconté que mon fils méritait d'être lapidé, je l'ai racheté de ce châtiment en donnant cent brebis et une esclave. Des gens illuminés que j'ai consultés ensuite m'ont appris que mon fils ne méritait que cent coups de fouet et un an d’exil et que c'était la femme qui devait être lapidée". - "Par Celui qui tient mon âme entre Ses mains, s'écria l'Envoyé d'Allah (pbAsl), je vais décider entre vous d'après le Livre d'Allah: on va te rendre tes cent brebis et ton esclave, et ton fils doit recevoir cent coups de fouet et être exilé pendant un an. O 'Unays, va trouver la femme de cet homme et si elle avoue sa faute, lapide-la". 'Unays se rendit auprès de la femme qui fit des aveux et l'Envoyé d'Allah (pbAsl) donna l'ordre de la lapider. Ce qui fut fait.

 



  • Le prophète a dit : Quand l'esclave s'enfuit loin de son maître, sa prière n'est pas acceptée ; il est un infidèle.  (Rapporté par Muslim)

 

 

 Image du Blog chouky39.centerblog.net

Hadiths "meurtre et torture" inclassables:

 

 

  • D’près 'Anas ibn Mâlik (qu'Allah soit satisfait de lui), comme on amena au Prophète (pbAsl) un
    homme ayant bu du vin, celui-là le fustigea, environ quarante fois, avec deux branches de palmier.

 

  • A'icha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit:
    "L'Envoyé d'Allah (pbAsl) ordonnait de couper la main du voleur quand il s'agit de la valeur d'un quart de dinar ou davantage".

 

  • * 'Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit:
    Pendant que l'Envoyé d'Allah (pbAsl) était à la mosquée, un des fidèles arriva et lui dit: "O Envoyé d'Allah, j'ai forniqué".
    Le Prophète ayant détourné sa tête, l'homme alla se placer du côté vers lequel le Prophète avait
    le visage tourné et lui répéta:
    "O Envoyé d'Allah, j'ai forniqué".
    Le Prophète détourna de nouveau la tête et l'homme alla se placer du côté vers lequel le
    Prophète avait le visage tourné. Quand l'homme eut ainsi témoigné quatre fois contre lui-même,
    l'Envoyé d'Allah (pbAsl) l'appela et lui dit: "Es-tu fou?". - "Non, ô Envoyé d'Allah". - "Es-tu marié?".
    - "Oui, ô Envoyé d'Allah".
    - "Qu'on emmène cet homme et qu'on le lapide!", s'écria alors le Prophète (pbAsl).
    * Ibn `Abbâs (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit:
    Quand Mâ`iz ibn Mâlik vint trouver le Prophète (pbAsl), celui-ci lui dit: "Est-il vrai ce qu'est parvenu à ma connaissance à ton sujet?".
    Mâ`iz répondit:
    "Et qu'est-ce que c'est?".
    Le Prophète répliqua:
    "Il m'est parvenu que tu avais forniqué avec l'esclave des Banû untel". Mâ`iz répondit: "Oui" et témoigna quatre fois contre lui-même.
    Alors, le Prophète ordonna de lui appliquer la peine de la lapidation.
    * D’près 'Abû Hurayra et Zayd ibn Khâlid Al-Juhanî (qu'Allah soit satisfait des deux),
    Un homme des Arabes vint trouver l'Envoyé d'Allah (pbAsl) et lui dit:
    "O Envoyé d'Allah, je te le demande au nom du Seigneur, ne décide pour moi que d'après le Livre d'Allah".
    - "Oui, dit son adversaire qui était plus instruit que lui, décide entre nous d'après le Livre d'Allah et donne-moi la parole".
    - "Parle", lui dit l'Envoyé d'Allah (pbAsl).
    - "Mon fils, dit l’omme, était employé chez cet homme et il a abusé de sa femme. Comme on
    m'avait raconté que mon fils méritait d'être lapidé, je l'ai racheté de ce châtiment en donnant cent
    brebis et une esclave. Des gens illuminés que j'ai consultés ensuite m'ont appris que mon fils ne
    méritait que cent coups de fouet et un an d’xil et que c'était la femme qui devait être lapidée".
    - "Par Celui qui tient mon âme entre Ses mains, s'écria l'Envoyé d'Allah (pbAsl), je vais décider entre vous d'après le Livre d'Allah: on va te rendre tes cent brebis et ton esclave, et ton fils doit recevoir cent coups de fouet et être exilé pendant un an. O 'Unays, va trouver la femme de cet homme et si elle avoue sa faute, lapide-la".
    'Unays se rendit auprès de la femme qui fit des aveux et l'Envoyé d'Allah (pbAsl) donna l'ordre de la lapider. Ce qui fut fait.

 

  • D’près `Abd-Allah ibn `Umar (qu'Allah soit satisfait des deux), on amena à l'Envoyé d'Allah
    (pbAsl) un juif et une juive qui avaient forniqué. Alors, le Prophète (pbAsl) partit pour rencontrer
    les (doctes) juifs et leur demanda:
    "Que trouvez-vous dans le Pentateuque au sujet du châtiment de la fornication?". - "Nous noircissons les visages des fornicateurs, les portons sur le dos d'un âne de sorte que leurs visages soient tournés en sens contraire et nous les faisons circuler ainsi dans les rues".
    Le Prophète répliqua:
    "Apportez donc le Pentateuque si vous êtes véridiques".
    On apporta alors le Pentateuque et on se mit à le lire; mais le jeune homme qui lisait, mit sa main
    sur le passage de la lapidation et lit ce qui le précédait et ce qui le suivait. `Abd-Allah ibn Salâm
    qui se trouvait en compagnie de l'Envoyé d'Allah (pbAsl) dit à ce dernier: "Ordonne-lui d'ôter sa main".
    Comme le jeune juif ôta sa main, on trouva le passage relatif à la lapidation. L'Envoyé d'Allah, (en
    retournant), donna l’rdre de lapider les deux juifs (fornicateurs). `Abd-Allah ibn `Umar, le
    transmetteur, ajouta:
    "J'étais parmi ceux qui les ont lapidés et j'ai vu l'homme exposer soi-même aux pierres pour protéger la femme".

 

  • Hadith sahih de Bukhari volume 2, livre 23, N° 413:  Abdullah bin 'Umar raconta : Les Juifs amenèrent au Prophète un homme et une femme du milieu d’eux qui avait commis (l’adultère) des relations sexuelles illégales. Il commanda que les deux soient lapidés (à mort), près du lieu où l’on offre les prières funéraires près de la mosquée."

 

  • Umar ibn Al-Khattâb a dit: Allah envoya Muhammad (pbAsl) avec la Vérité; Il lui révéla le Livre et parmi les versets qui lui furent révélés, il y avait le verset relatif à la lapidation. Nous l’avons lu, compris et retenu. C'est pour cela que l'Envoyé d'Allah (pbAsl) fait lapider et que nous avons, après lui, fait aussi lapider. Je crains que dans la suite des temps quelqu'un ne vienne dire: "Par Dieu, nous ne trouvons pas de verset relatif à la lapidation dans le Livre d'Allah"; on tomberait alors dans l’erreur d'abandonner une prescription révélée par Allah. La lapidation, dans le Livre d'Allah, est de droit contre quiconque, homme ou femme, commet l'adultère alors qu'il est marié, quand la preuve est faite par le témoignage, par la grossesse ou l'aveu.

 

 

  •  (Aba Dawud Livre 38, 4348)  "Puis la poétesse Asma bint Marwan, mère de 5 petits enfants, écrivit une poésie critiquant les Arabes pour avoir laissé Mahomet assassiner un vieil homme. Apprenant ses dires, Mahomet questionna : «N’y aurait-il donc personne pour me débarrasser de la fille de Marwan ?» Umayr ibn Adi, un musulman (aveugle ?) se porta volontaire et poignarda la malheureuse dans son lit, alors qu’elle donnait la tétée à son plus jeune enfant.(Sirat Rasul Allah). Lorsque, pris de remord, Umayr exprima ses craintes d'être puni de ce meurtre par Allah, Mahomet le rassura en lui disant que «Même deux chèvres ne se disputeraient pas pour cela». Il dit aussi : "Oh sois témoin, aucune revanche n'est payable pour son sang !"

 

 

  •  (Waqidi , Livre des expéditions 10). Vers le cinquième jour du mois de ramadan , il y eut l’assassinat de Asma bint Marwan , une femme...  Elle offensait et provoquait le parti musulman. A cause de cela , Umayr annonça qu’il allait la tuer , dès que le prophète rentrait de Badr.  Ainsi , la nuit , il se faufila chez elle pendant que ses enfants dormaient autour d’elle. Le plus jeune était encore accroché à son sein. Avec le sabre , il la transperça. Pour la prière du matin , il était déjà de retour à Médine. Muhammad lui demanda aussitôt s’il l’avait tuée. Il avait peur de la question. Ensuite , il fut tout de suite rassuré.

 

  • (ibn Sad , Tabaqat 2/30-1). Puis advint le raid d'Umayr ibn Adi ibn Kharashah al Khatmi contre Asma bint Marwan , des Banu Umayyah ibn Zayd , quand il restait cinq nuits au mois de ramadan , au début du dix-neuvième mois de l'Hégire de l'apôtre d'Allah. Asma était la femme de Yazid ibn Zayd ibn Hisn al Khatmi. Elle avait coutume de dénigrer l'islam , s'offenser le prophète et de pousser les gens contre lui581 . Elle composait des poèmes. Umayr ibn Adi alla à sa rencontre de nuit , entra chez elle. Ses enfants dormaient autour d'elle. Il y en avait même un qui pendait à sa poitrine , qu'elle allaitait. Il la chercha de sa main , car il était aveugle582 , et écarta l'enfant. Il plongea son sabre dans sa poitrine jusqu'à ce qu'il ressorte dans le dos.

             Ensuite , il fit la prière du matin à Médine avec le prophète.
             L'apôtre d'Allah lui dit:
             -As-tu assassiné la fille de Marwan?
            Il dit:
            -Oui. Dois-je faire autre chose?
           Il dit:
           -Non. Deux chèvres ne se cogneront pas pour elle.
           C'est une formule qui fut entendue pour la première fois provenant de l'apôtre d'Allah.
           L'apôtre d'Allah appelait Umayr "le voyant" 583 .

 

 

 

  • (ibn Hisham , Conduite de l'envoyé d'Allah 996). Ensuite , il y eut une grande émotion parmi les Banu Khatma , le jour de l’affaire de Asma bint Marwan. Elle avait cinq fils , et quand Umayr vint les voir de la part de l’apôtre , il leur déclara:

-J’ai tué Asma bint Marwan , ô fils de Khatma. Affrontez-moi si vous le voulez , ne me faites pas attendre!
C’est ce jour où l’islam est devenu puissant parmi les Banu Khatma ; avant , c’étaient le musulmans qui devaient cacher leur état.
Le premier d’entre eux qui accepta l’islam fut Ummayr ibn Adiy , appelé “le lecteur , puis Abdullah ibn Aws et Khuzayma ibn Thabit. Le jour après l’assassinat de Bint Marwan , les hommes des Banu Khatma devinrent musulmans , parce qu’ils avaient vu la puissance de l’islam.

 

  • Raconté par Abdullah Ibn Abbas: Un aveugle avait une mère-esclave qui avait l'habitude d'injurier le Prophète (la paix soit sur lui) et de le dénigrer. Il lui interdit mais elle ne s'arrêta pas. Il la réprimanda mais elle n'abandonna pas son habitude. Une nuit, elle commença à calomnier le Prophète (la paix soit sur lui) et à l'injurier. Il prit alors un poignard, le mit sur son ventre, appuya dessus et la tua. Un enfant vint entre ses jambes et fut maculé du sang qui s'y trouvait. Lorsqu'arriva le matin, le Prophète (la paix soit sur lui) fut informé de cela. Il rassembla les gens et dit : «Par Allah, j'adjure l'homme qui a fait cet acte, et je l'adjure par mon droit sur lui de se lever». L'homme se leva en sautant sur les cous des gens et en tremblant. Il s'assit devant le Prophète (la paix soit sur lui) et dit : "Apôtre d'Allah ! Je suis son maître; elle avait l'habitude de t'injurier et de te dénigrer. Je lui avais interdit, mais elle ne s'est pas arrêtée; je l'ai réprimandée mais elle n'a pas abandonné son habitude. J'ai d'elle deux fils qui sont comme des perles, et elle était ma compagne. La nuit dernière, elle a commencé à t'injurier et à te dénigrer. Alors j'ai pris un poignard, l'ai mis sur son ventre, ai appuyé jusqu'à la tuer. Là-dessus le Prophète (la paix soit sur lui) dit : «Oh sois témoin, il n'y aura aucune représailles pour son sang». (Sunan Abu-Dawud Book 38, Number 4348).

 

 

  • Raconté par Ali ibn Abu Talib: Une Juive avait l'habitude d'injurier le Prophète (la paix soit sur lui) et de le dénigrer. Un homme l'étrangla jusqu'à ce qu'elle meure. L'Apôtre d'Allah (la paix soit sur lui) déclara qu'aucune compensation n'était payable pour son sang. (Sunan Abu-Dawud Book 38, Number 4349)

 

 

  • Raconté par Atiyyah al-Qurazi:J'étais parmi les captifs de Banu Qurayzah. Ils (les Compagnons) nous ont examiné, et ceux dont les poils (pubiens) avaient commencé à pousser furent tués, et ceux qui n'en avaient pas ne furent pas tués. J'étais parmi ceux dont les poils n'avaient pas poussé. (Sunan Abu-Dawud Book 38, Number 4390)

 

 

  • Raconté par Jabir ibn Abdullah:Un voleur fut amené devant le Prophète (la paix soit sur lui). Il dit : "Tuez-le." Les gens dirent : "Il a volé, Apôtre d'Allah !". Il dit alors : "Coupez sa main." On lui coupa alors la main (droite). Il fut amené une seconde fois et il dit : "Tuez-le." Les gens dirent : "Il a volé, Apôtre d'Allah !" Il dit alors : "Coupez lui le pied."" Alors on lui coupa le pied (gauche). Il fut amené une troisième fois et il dit : "Tuez-le." Les gens dirent : "Il a volé, Apôtre d'Allah !" Il dit alors : "Coupez-lui la main." (On lui coupa alors la main gauche.) Il fut amené une quatrième fois et il dit : "Tuez-le." Les gens dirent : "Il a volé, Apôtre d'Allah !". Alors il dit : "Coupez-lui le pied." Alors on lui coupa le pied (droit). Il fut amené une cinquième fois et il dit : "Tuez-le." Nous l'avons alors emmené et l'avons tué. Nous l'avons traîné et nous l'avons jeté dans un puits et nous avons jeté des pierres sur lui." (Sunan Abu-Dawud Book 38, Number 4396)



  • "Le prophète a dit : Alors va vers les personnes qui ne se joignent pas à la prière en assemblée et ordonne que leurs maisons soient brûlées..." (Mouslim)

 

 

 Image du Blog tigresse004.centerblog.net

 

Hadiths  où les anges sont agressifs:


 

  • Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Quand l'homme appelle sa femme à son lit et quand elle n'y répond pas et qu'il passe sa nuit plein de colère contre elle, les Anges ne cessent de la maudire jusqu'au matin».

 


Dans une autre version: «Quand la femme passe sa nuit fuyant le lit de son mari, les Anges la maudissent jusqu'au matin». Dans une troisième version: «Le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Par Celui qui tient mon âme dans Sa Main, chaque fois qu'un homme appelle sa femme à son lit et qu'elle s'y refuse, tous les habitants du ciel se remplissent de colère contre elle jusqu'à ce que son mari soit satisfait d'elle».



 

  • BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm Allâh - Ta’âla - dit : « Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : Où en étiez-vous ? [À propos de votre religion] - ‹ Nous étions impuissants sur terre ›, dirent-ils. Alors les Anges diront : ‹ La terre d’Allâh n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? › Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! A l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller, et qui ne trouvent aucune voie : A ceux-là, il se peut qu’Allah donne le pardon. Allâh est Clément et Pardonneur. » [1]

 




 

  • Al-Bukhârî rapporte d’après ‘Abdullâh Ibn Yazîd al-Mouqrî, d’après Hayat et d’autres que lui, qui rapportent de Muhammad Ibn ‘Abder-Rahmân Abû as-Aswad qui a dit : On poussa les gens de Médine à former une armée [contre les Syriens]. Une armée dans laquelle je fus inscrit. En rencontrant ‘Ikrima, l’affranchi de Ibn ‘Abbâs, je le mis au courant de la chose. Il me défendit absolument d’y participer et me dit : « Ibn ‘Abbâs m’a rapporté qu’il y avait quelques Musulmans qui étaient au sein de l’armée des polythéistes, augmentant ainsi les rangs de ces derniers contre le Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) et qu’il arrivait que certains d’entre eux étaient abattus à coup d’épée ou par une flèche. » Allâh révéla alors : « Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes » Rapporté par Al-Layth d’après Abî as-Aswad.

 

 

 

  • Ibn Abî Hâtim rapporte d’après ‘Ikrima selon Ibn ‘Abbâs qui a dit : Lorsque les gens de la Mecque se sont convertis [à l’Islâm], certains parmi eux cachèrent leur conversion à l’Islâm et ils sortirent avec les polythéistes le jour de Badr, et certains furent atteints par les actions des autres. Certains musulmans dirent : « Et il y a [parmi eux] nos compagnons qui sont eux musulmans » et ils ont ressentit de la répulsion et ils les ont excusés, alors ce verset fut révélé : « Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes » ‘Ikrima a dit : ce verset fut révélé pour les jeunes des Quraych qui ont parlé sur l’Islâm à la Mecque, et parmi eux il y avait ‘Alî Ibn Oumayyah Ibn Khalaf, Abû Qays Ibn al-Walîd Ibn al-Moughayrah, Abû Mansoûr Ibn Hadjâdj et al-Hârith Ibn Ibn Zam’ah. Adh-Dhahak a dit : ce verset fut révélé pour les personnes hypocrites qui refusèrent de se joindre au Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) et préférèrent rester à la Mecque. Et ils sont sortit avec les polythéistes le jour de la bataille de Badr et furent parmi les hommes tués ce jour-là. Ainsi, ce verset fut révélé sur tous ceux qui prennent résidence avec les polythéistes sans pouvoir manifester leur foi, alors qu’ils sont capables d’émigrer. De telles personnes commettent une injustice contre eux-mêmes et tombent dans ce qui est interdit [Harâm] selon un avis unanime [Idjmâ’] et selon ce texte lorsque Allâh - Ta’âla - dit : « Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes » [2] Ce qui veut dire : en délaissant l’émigration [al-Hijrah] - « En disant : Où en étiez-vous ? [À propos de votre religion] » Ce qui veut dire : pourquoi être resté ici en délaissant l’émigration - « Nous étions impuissants sur terre - dirent-ils » Ce qui veut dire : nous étions incapables de quitter ce pays pour partir ailleurs sur terre - « Alors les Anges diront : La terre d’Allâh n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? ».

 

 

 

  •  «Abou Al Qàsem (bsdl) a dit: «Celui qui brandit une lame de fer à la face de son frère, les Anges ne cessent pas de le maudire même s'il s'agit de son frère germain».

 

NDLR: ce hadith est une variante de celui-ci:

 

 1783. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Que l'un de vous ne brandisse pas son arme à la face de son frère, il ne sait pas si le Diable ne poussera pas trop loin son geste et ne le fera pas ainsi tomber dans un trou de l'Enfer (en lui faisant tuer son prochain)». (ura)

 

 

 

  • 1690. Selon Abou Hourayra, le Prophète a dit : « Les anges n'accompagnent pas un groupe dans lequel se trouve un chien ou une cloche. » [Muslim] Image du Blog angeoudemongif.centerblog.net

 

(NDLR: bon, le dernier n'est pas vraiment agressif mais il fallait bien le classer quelque part...)

 

 

 

Image du Blog chouky39.centerblog.netImage du Blog petitemimine.centerblog.netImage du Blog tigresse004.centerblog.netImage du Blog tigresse004.centerblog.net

 

Hadiths "esthétiques"

 

  • 1637. Jabir rapporte : Le jour de la prise de La Mecque, on amena Abu Qahafa, le père d'Abu Bakr. Ses cheveux et sa barbe étaient blancs comme de la neige. Le Prophète dit alors : « Remédiez à cela et évitez la teinture noire. » [Muslim]

 

  • 1638. Ibn 'Omar rapporte : « Le Prophète  a interdit de se raser uniquement une partie de la tête. » [Bukhari et Muslim]

 

  • 1639. Ibn 'Omar  rapporte : « Le Prophète vit un garçon auquel on avait rasé une partie de la tête seulement. Il interdit cette pratique en ordonnant : « Rasez-le complètement ou laissez-le [c'est à-dire : laissez ses cheveux pousser] ! » (Abou Dawud)

 

  • D'après Ibn Omar (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Différenciez vous des associateurs, laissez pousser la barbe et taillez les moustaches » (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5892 et Mouslim dans son Sahih n°259)

 

  • D'après Zayd Ibn Arqam (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:
    « Celui qui ne taille pas ses moustaches ne fait pas partie de nous »
    (Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2761 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)

 

  • 1642. Asma rapporte : Une femme interrogea le Prophète en ces termes : « Ô Prophète de Dieu, ma fille a perdu ses cheveux des suites de la rougeole. Or, elle vient de se marier ; puis-je lui faire porter une perruque ? » Le Prophète répondit : « Dieu maudit celle qui porte une perruque et celle qui la lui pose. » [Bukhari et Muslim]

 

  • 1643. Houmayd Ibn 'Abd ar-Rahman rapporte : J'ai entendu Mu'awiya prononcer ces paroles sur la chaire, l'année où il accomplit le hajj, après avoir saisi une touffe de cheveux des mains d'un garde : « Ô habitants de Médine, où sont donc vos savants ? J'ai entendu le Prophète interdire ceci [les perruques] en disant : "Les Fils d'Israel n'ont couru à leur perte qu'à partir du moment ou leurs femmes s'en sont parées." » [Bukhari et Muslim]

 

  • 1644. Ibn 'Omar rapporte : « Le Prophète  a maudit celle qui porte la perruque et celle qui la pose ainsi que celle qui fait le tatouage et celle qui se fait tatouer. » [Bukhari et Muslim]

 

  • 1645. Ibn Mas'ud rapporte : « Que Dieu maudisse celles qui font les tatouages ainsi que celles qui se font tatouer, celles qui se font épiler les sourcils, celles qui se font limer les dents par coquetterie, altérant ainsi la création de Dieu. » Une femme lui reprocha ces propos tenus. Il dit alors : « Et pourquoi ne maudirais-je pas ceux que le Prophète a maudits alors qu'il est mentionné dans le Livre de Dieu : ~ Ce que le Prophète vous donne, prenez-le et abstenez-vous de ce qu'il vous interdit. ~ (Coran 59/7) » [Bukhari et Muslim]

 

 

Image du Blog sabinev60.centerblog.net
Hadiths à boire debout!

 

D'un côté, il y a ces hadiths:

 

  • 771. Selon Anas, le Prophète a interdit de boire debout. Qatada lui demanda : « Et pour ce qui est de manger ? » Il dit : « C'est pire encore. » [Muslim]

 

  • 772. Selon Abou Hourayra , le Messager de Dieu a dit : « Que l'un de vous ne boive surtout pas debout. Celui qui a oublié de s'asseoir avant de boire, qu'il vomisse ce qu'il a bu ». [Muslim]

 

 

De l'autre côté, il y a ces hadiths:

 

  • 767. Ibn 'Abbas rapporte : « J'ai donné de l'eau de Zamzam au Prophète qu'il but debout ». [Bukhari et Muslim]

 

  • 768. Nazal Ibn Sabra rapporte : « 'Ali se rendit à la porte de Rahaba et y but debout puis dit : « J'ai vu le Prophète faire comme vous m'avez vu faire. » [Bukhari]

 

  • 770. 'Amr Ibn Shou'ayb rapporte ce Hadith de son grand-père que lui a transmis son père : « J'ai vu le Messager de Dieu boire aussi bien debout qu'assis ». (Tirmidhi)

 

 

 Mon conseil?  Buvez donc debout, assis, couché, bref n'importe quoi du moment que ce n'est pas la tête en bas!                    

 

 

Image du Blog sabinev60.centerblog.netImage du Blog chouky39.centerblog.net smiley

 

Hadith divers

 

  •  1634. Selon Jabir, le Prophète  a dit : « Ne mangez pas de la main gauche car Satan mange de la main gauche. » (Muslim)

 

  • 1635. Selon Ibn 'Omar, le Prophète a dit : « Ne mangez pas et ne buvez pas de la main gauche car Satan mange et boit de la main gauche. » (Muslim)

 

  • 1595. «Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «II n'est pas permis à un Musulman de fuir son frère plus de trois nuits consécutives. Celui qui fuit son frère plus de trois nuits et meurt entre temps, entre en Enfer». (Rapporté par Abou Dawûd)

 

  •  " Le Prophète a dit à propos de quelqu'un qui a des relations sexuelles avec
    sa femme alors qu'elle a ses règles :
    - Il devra payer un dinar ou la moitié d'un dinar en aumône. " (récit de
    Abdullah ibn Abbas, Dawud I 264)

 

  • " J'ai entendu l'apôtre d'Allah dire : - Les gens sont comme les chameaux : sur plus de cent, difficile d'en trouver un que l'on puisse monter. " (récit d'Abdullah ibn Umar, Bukhari LXXVI 505)

 

  • Mouslim rapporte dans "Ifrad" d'aprés le Hadith de Safiyya bint Abî Oubayd, d'aprés certaines épouses du Prophète (sws) : "Celui qui a interrogé un voyant sur un sujet quelconque, sa prière ne sera pas acceptée pendant quarante jours".

 

  • Aboû Dâwoud rapport dans ses Souna d'aprés le Hadith d'Aboû Houraya, que le Pophète (sws) a dit : "Celui qui a été voir un voyant et qui l'a cru, a abandonné ce qui a été révélé à Mohammad (sws)".

 

  • Mawhoûb Ibn Ahmad a dit :"Ali Ibn rapporte d'aprés Aballah : "Celui qui a éré voir un magicien ou un voyant et qui a cru à ce qu'il dit, a nié ce qui a été révélé à Mohammad (sws)".

 

  • 1390. Selon Abou Hourayra, le Prophète a dit : « Celui qui est questionné et qui dissimule son savoir sera bridé le jour du Jugement d'une bride de feu. » (Abou Dawud et Tirmidhi)

 

  • 1688. Selon Ibn 'Omar, le Prophète a dit : « Quiconque acquiert un chien à l'exception d'un chien de chasse ou de berger verra la récompense de son salaire diminuer chaque jour de deux qirat. » [Bukhari et Muslim]

 

  • 1689. Selon Abou Hourayra, le Prophète a dit : « Quiconque possède un chien verra sa récompense diminuer chaque jour d'un qirat, à moins que ce ne soit pour garder un champ ou un troupeau. » [Bukhari et Muslim]

 

  • 1788. Abou Musa al-Ash’ari rapporte : Le Prophète entendit un homme faire des louanges excessives à propos d'un tiers. Il dit alors : « Vous avez causé la perte - ou vous avez brisé le dos de cet homme. » [Bukhari et Muslim]

 

  • 1790. Hammam Ibn Al Harith à propos ces propos de Miqdad: Un homme se mit à faire des éloges de 'Uthman. Miqdad s'avança vers lui, se mit à genoux et lui jeta du gravier sur le visage. 'Uthman lui dit alors : « Pourquoi fais-tu cela ? » Il répondit : « Le Prophète a dit : "Lorsque vous voyez des gens faire des éloges, jetez-leur de la terre au visage." » [Muslim]

 

  • 1798. Selon Anas, le Prophète a interdit aux hommes le port de vêtements teintés au safran. [Bukhari et Muslim]

 

  • 1799. 'Abdullah Ibn 'Amr Ibn al-'As rapporte : « Le Prophète vit sur moi deux habits teintés au safran. Il dit : « Est-ce ta mère qui t'a ordonné cela ? » Je demandai : « Dois-je les laver ? » - « Brûle-les plutôt, répondit le Prophète. » [Muslim]



  • 1800. 'Ali (das) rapporte: «Voici ce que j'ai appris du Messager de Dieu (bsdl): «N'est plus orphelin celui qui est pubère. II n'est pas permis de garder le silence toute une journée jusqu'au soir». (Rapporté par Abou Dawûd)


 

  • 1801. Qays Ibn Abi Hàzem rapporte: «Abou Bakr Assidiq (das) entra chez une femme de la tribu Ahmas, du nom de Zeynab. Il vit qu'elle ne parlait pas. Il lui en demanda la raison. On lui dit: «Elle a décidé de faire le pèlerinage en s'abstenant de parler». Il lui dit: «Parle. Cela est interdit car c'est une pratique antéislamique», et elle parla. (Rapporté par Al Boukhàri)

 

  • 1807. Selon Abou Hourayra, le Prophète a dit : « Quiconque jure [par inattention] en disant : « Par Lat et 'Uzza! » doit dire : « Il n'est de dieu que Dieu. » Et quiconque dit à son compagnon : « Viens faire un pari avec moi ! » doit faire une aumône [en expiation]. » [Bukhari et Muslim]

     

  • "Abu Darda a rapporté que le prophète a dit : Allah a créé Adam quand il l'a créé. Alors il a frappé son épaule droite et en a sorti la race blanche comme si c'était des graines, et il a frappé son épaule gauche et en a sorti la race noire comme si c'étaient du charbon. Alors il a dit à ceux qui étaient à son coté droit : Du coté du paradis et je ne m'en soucie pas. Il a dit à ceux qui étaient sur son épaule gauche : Du coté l'enfer et je ne m'en soucie pas." (Mishkat ul-Masabih)

 

  • D'après 'anas, le prophète a dit: "Aucun Adorateur (ou selon la version de 'Abd Al-Wârith, "Aucun homme") ne sera un parfait Croyant à moins qu'il n'ait pour moi plus d'affection qu'il n'en a pour ses proches, ses biens et pour le reste du genre humain"

 

  •  Le hadîth de Djâbir ou le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Ce qu'il y a entre l'homme et entre le polythéisme [Chirk] et la mécréance [Kufr], c'est l'abandon de la prière. » Rapporté par Muslim dans son « Sahîh ».

 

  • Et selon les gens des « Sunans », Barîda Ibn Hassîb rapporte que le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « L'engagement qui nous lie à eux repose sur la prière. Quiconque l'abandonne devient mécréant ». Rapporté par Ahmad et d'autres, et c'est un hadîth Sahîh.

 

  • Et du « consensus de la communauté » [Ijmâ' ul-Ummah] : Et il certes rapporté que 'Abdullâh Ibn Chaqîq (radhiallâhu 'anhu) a dit : « Aucun acte n'était perçu par les Compagnons de Muhammad comme une impiété pour celui qu'il l'abandonnait, hormis la prière. » Rapporté par at-Tirmidhî et d'autres avec une chaîne de transmission authentique [Sahîh].

 

  •  Selon 'Abdallâh Ibn 'Amr Ibn Al-'Âs (Radhi Allâhû 'Anhû), le Prophète
    (Sallâ Allâhû 'Alayhi wa Salâm) a dit :

    « Celui qui persévère dans la prière, elle sera pour lui une lumière, une preuve et une
    planche de salut le Jour de la Résurrection : celui qui la néglige, elle ne lui
    sera d'aucun secours, et il sera,le Jour de la Résurrection avec Qârûn, Pharaon,
    Hamân, Ubayy Ibn Khalaf ».
  • D'après Jabir Ibn Abdillah (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) avait l'habitude de dire dans ses sermons après avoir loué Allah et lui avoir fait des éloges par ce qu'il mérite: « Celui que Allah guide personne ne peut l'égarer, et celui que Allah a égaré personne ne peut le guider. Certes la parole la plus véridique est le livre d'Allah et la meilleure guidée est la guidée de Muhammad. Certes les plus mauvaises choses sont les choses nouvelles et chaque chose nouvelle est innovation, et chaque innovation est égarement et chaque égarement est en enfer ». (Rapporté par Nasai dans ses Sounan n°1578 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Nasai).

 

  • D’après Abou Oumama Al Bahili (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui aime pour Allah, déteste pour Allah, donne pour Allah et prive pour Allah a certes complété la foi ».
    (Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4681 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahih).

 

  • D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque l’homme pratique la fornication, la foi sort de lui comme si elle était une ombre pour lui et lorsqu’il s’arrête la foi retourne à lui ». (Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°4690 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Abi Daoud, Hadith Sahîh).

 

  • D’après Ma’qal Ibn Yasar (qu’Allah l’agrée), « Un homme est venu voir le Prophète -ﷺ- et lui a dit : « J’ai trouvé une femme qui a la renommée et l’honneur mais elle n’enfante pas, puis-je l’épouser ? Il le lui interdit.
    Puis l’homme lui rapporta une deuxième fois et il le lui interdit, puis une troisième fois, il le lui interdit. Puis il lui dit : « Mariez vous avec la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres prophètes. » ».
    (Rapporté par Abou Daoud dans ses Sounan n°2050 et authentifié par Cheikh Albani dans Sahîh Abi Daoud, Hadith Hasan Sahîh)

 

Maximes de Mahomet discriminatoires:

 

Prière du marié est plus méritoire que soixante-dix prières du célibataire.

La femme peut se parer de bijoux en or, non l'homme.

On a condamné l'adultère pour conserver la pureté de race.


Il est mauvais de ne pas avoir d'enfants.

 

 newbie