Texte remis à jour le 4 mai 2014.

La plupart d'entre nous se sont fait dire au moins une fois d'aller au diable.  Toutefois, la personne qui nous a intimé cette ordre ne souhaitait pas nécessairement que nous passions l'éternité entouré de feu à subir d'atroces souffrances!

Les gens de culture chrétienne qui croient en une forme de vie après la mort, sont assez faits à l'idée que l'âme des justes est destinée à passer l'éternité  en un endroit idyllique, (le paradis), en récompense de leur bonne conduite, alors que celle des plus injustes, les meurtriers notamment, est destinée à la passer en un endroit désagréable, (l'enfer),  en punition de leur mauvaise conduite.  Même parmi ceux qui croient à la réincarnation, certains considèrent que les souffrances de notre vie actuelle constituent un juste retour des choses pour les fautes commises dans une vie antérieure  (le karma, quoi!)

De façon générale, nous considérons que si la conduite et les actions d'une personne sont justes dans l'ensemble et qu'elle regrette ses mauvaises actions les plus graves, sa place au paradis est pour ainsi dire assurée.  Ce ne fut pas toujours le cas dans les sociétés chrétiennes d'autrefois, qui accordaient une grande importance à la notion de péché véniel et mortel, soit respectivement un pécher qui permet au pécheur mort sans confession d'accéder au paradis après un séjour plus ou moins long au purgatoire, et le péché qui entraîne la condamnation à l'enfer sans possibilité de rédemption.

Les gens de culture musulmane, mise à part ceux qui sont athées ou ont d'autres croyances que celles liés à la religion de leurs parents, croient eux aussi que le lieu de séjour des justes n'est pas le même que celui des injustes.  Seulement voilà: la culture musulmane donne un sens très différent à ces deux mots!  Le pire crime selon le Coran est l'incroyance, celle de celui qui n'a jamais cru (le mécréant), qui adhère à un autre système de croyance (l'adepte d'une autre religion) ou de celui qui a cessé de croire après avoir cru (l'apostat).  Par conséquent, les mécréants sont les pires criminels et ceux à qui l'enfer est réservé en priorité. 

Si on lit le Coran, on se rend rapidement compte que la majorité des mentions de l'enfer concernent les non-musulmans, qui y sont d'ailleurs condamnés pour leur croyances et non pour de mauvaises actions alors qu'une crime comme le meurtre n'est associé à l'enfer que dans un seul verset et n'est condamné que si la victime est musulmane (de la part d'un dieu qui multiplie les châtiments collectifs, un système de valeurs aussi particulier ne devrait toutefois pas nous surprendre):

 

4.93. Quiconque donne la mort intentionnellement à un croyant aura pour rétribution la Géhenne, où il demeurera éternellement, exposé à la colère et à la malédiction du Seigneur, et sera voué à d'immenses tourments.

 

Contrairement à la Bible, qui ne mentionne l'enfer qu'à quelques reprises, et avec assez peu de détails, le Coran mentionne très fréquemment l'enfer, que ce soit directement ou indirectement, et décrit abondamment les supplices qui attendent les non-musulmans. Voici quelques exemples de versets sur l'enfer:


18.29. (...) Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cerneront de toutes parts. S'ils demandent à boire, on leur servira un liquide bouillant, semblable à un métal en fusion qui leur brûlera le visage. Quel détestable breuvage et quel lugubre séjour !

22.19. (...) Les négateurs recevront des vêtements de feu, et il leur sera versé sur la tête un liquide bouillant
22.20. qui fera fondre leurs entrailles et leur peau,
22.21. pendant que des massues de fer seront préparées à leur intention.
22.22. Et toutes les fois que, transis de douleur, ils tenteront de s'en évader, on les y ramènera et on leur dira : «Goûtez donc le supplice de l'Enfer !»

25.13. et quand ils y seront jetés, chargés de chaînes, en un étroit réduit, ils n'auront qu'un seul souhait, celui de leur destruction définitive !


25.34. Ceux qui seront rassemblés et traînés sur la face vers la Géhenne, ceux-là seront les plus mal lotis et les plus dévoyés.

36.8. Nous avons mis à leurs cous des carcans qui leur arrivent jusqu'aux mentons, les rendant incapables de mouvoir leurs têtes ,

37.62. Que vaut-il mieux? Ce lieu de séjour ou l'arbre de Zaqqûm
37.63. dont Nous avons fait, en vérité, une épreuve pour les injustes?
37.64. C'est un arbre qui sort du fond de l'Enfer
37.65. et dont les fruits ressemblent à des têtes de démons.
37.66. Les réprouvés seront amenés à en manger et à s'en emplir le ventre ,
37.67. puis à se gorger par-dessus d'un liquide bouillant,
37.68. avant de retourner ensuite dans la Fournaise.


 Une maxime de Mahomet spéficie même que "La douleur d'un coup en Enfer durera soixante-dix mille ans" (ça c'est vraiment très long!)

Les hadiths ne sont guère plus encourageants sur le sujet:

 

  • D'après Nu'man Ibn Bachir, le Prophète a dit: « Certes le moins châtié des gens de l'enfer est celui qui a des chaussures et des lacets de feu qui vont faire bouillir son cerveau comme la marmite qui bouillit (sic). Il pensera que personne n'est plus châtié que lui alors qu'il sera en réalité celui qui est le moins châtié ». (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°213)

 

  • D'après Otba Ibn Ghazwan, le Prophète a dit: « Certes une grosse pierre est jetée du bord de l'enfer, elle tombe dedans durant 70 ans sans en arriver au fond » Et Omar disait: Rappelez vous souvent de l'enfer, car certes sa chaleur est intense, le fond de l'enfer est loin et ses massues sont de fer. (Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2575 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi).

 

La plupart des gens qui souhaitent sincèrement l'enfer à quelqu'un, (que ce soit un incroyant ou un tueur en série), ne semblent pas toujours comprendre l'implication du concept d'éternité.  Ce dernier est pourtant très facile à comprendre.  L'Éternité, c'est ce qui n'a pas de fin, tout simplement.  En enfer, par conséquent, l'éternité en est une de souffrance.  Cela signifie donc que même après 100 milliards de milliards d'années, la souffrance des damnés n'est pas encore terminée et n'est même pas près de l'être.

Une fois le concept d'éternité assimilé, n'est-il pas horrifiant que certaines personnes, qui trouvent sans doute insupportable la douleur temporaire causée par un coup de marteau sur un doigt, souhaitent à d'autres personnes une éternité de souffrances toutes plus atroces les unes que les autres, en particulier lorsque la pire faute de ces personnes est de ne pas avoir voulu se convertir à l'islam?????


Souhaiter l'enfer à quelqu'un est bien pire que de lui souhaiter la mort, c'est lui souhaiter une souffrance qu'aucun crime, même le génocide, ne peut surpasser en durée!  Si la souffrance causée par une mauvaise action est temporaire (car la mort est notre lot à tous et met fin à nos souffrances de toute façon), pourquoi le châtiment devrait-il l'être?   S'il y a un dieu et qu'il est miséricordieux (comme se plaît à le répéter le Coran), comment pourrait-il souhaiter torturer ainsi des gens sans fin? 

Je parie que rien que la phrase que je viens d'écrire constitue un blasphème passible d'enfer dans la religion musulmane.  Il est vrai que je suis une femme et le prophète n'a-t-il pas dit "On donna cependant l'ordre de jeter en Enfer ceux qui y étaient destinés et voilà que la majorité de ceux qui y entraient étaient les femmes»

Le plus incompréhensible, c'est que le Coran contient au moins  versets disant que Allah égare volontairement ceux qui doutent de lui (ce qui revient à refuser de donner des indications à un touriste qui ne connaît pas la région).  Les versets suivant suggèrent qu'Allah tient mordicus à avoir des impies à torturer en enfer:

 

32.13  "Si Nous voulions, Nous apporterions à chaque âme sa guidée. Mais la parole venant de Moi doit être réalisée: "J´emplirai l´Enfer de djinns et d´hommes réunis".

41.25  Et Nous leur avons destiné ]des compagnons inséparables [des démons] qui leur ont enjolivé ce qui était devant et derrière eux. (...)

43.36  Et quiconque s´aveugle (et s´écarte) du rappel du Tout Miséricordieux, Nous lui désignons un diable qui devient son compagnon inséparable.
43.37  Ils (Les diables) détournent certes [les hommes] du droit chemin, tandis que ceux-ci s´estiment être bien guidés.

 

Tenez, une petite citation pour la route:


"Il faut juger un homme à son enfer",  Marcel Arland  (Carnets de Gilbert)

 

 

 Image du Blog tigresse004.centerblog.net