Image du Blog estelle-renaud.centerblog.net

Dernière mise à jour: 2 juin 2013

La violence et l'intolérance des textes fondateurs de l'islam est fréquemment mise sur le compte d'une mauvaise interprétation de ses textes fondateurs par les intégristes.  Il suffit de lire le contenu des listes de versets et de hadiths publiées sur ce blog  pour voir qu'il n'en est rien (ou alors, c'est qu'aucun des centaines de traducteurs qui ont les ont traduits ne comprenaient correctement l'arabe coranique!)   Cela ne veut pas dire pour autant que chaque verset et hadith est parfaitement clair et ne prête pas à interprétation.   Je pourrais évidemment parler du voile mais c'est par un exemple totalement fictif que j'aimerais montrer comment les différentes interprétations d'un même texte peuvent entraîner des règles, des comportements et même des modes de vie complètement différents.  Je reviendrai au voile dans un article à paraître.

 

Imaginons un instant une planète habitée, appelons-là Dogma, dont l'espèce dominante, une race extra-terrestre humanoïde, pratique une religion monothéiste dérivée d'un ancien culte du soleil et adore une déesse appelée "La Mère Céleste".   Imaginons que cette religion se base sur un livre saint, écrit initialement dans une langue disparue et traduit dans la langue moderne du pays en question.  Appelons-le "Le grand livre".  Imaginons maintenant que ce livre contient un chapitre se terminant par le verset suivant:

 

Que brille toujours le soleil sur le front des adorateurs de la Mère Céleste.

 

Vous vous dites sans doute que c'est un verset bienveillant émanant d'une déesse plutôt sympatique et qu'il ne devrait pas provoquer beaucoup de comportements étranges ou de conflits puisque l'amour du soleil fait consensus chez les dogmatiens.  Malheureusement, les dogmatiens ne s'entendent pas tous sur le sens à donner à ce verset...

 

 

Au sud karate gif

Les dogmaciens des pays du sud se font tous tatouer un soleil sur le front à la puberté.  Les enfants impubères portent un bandeau sur lequel est imprimé le même dessin.  Ils doivent le porter en tout temps (même lorsqu'il fait chaud et humide) et sont vertement réprimandés s'ils l'enlèvent.  Les visiteurs doivent obligatoirement porter un bandeau, (à moins de se faire tatouer un soleil sur le front).  Les enfants se moquent d'eux en les traitant de "grands enfants".  Une petite communauté de fanatiques vivent nus mais, dans les institutions scolaires et la plupart des lieux de travail, un accommodement religieux leur permet de vaquer à leurs occupations en sous-vêtements. 

 

 

Au nord sBathroom_grooming_shaving_100-101

Les dogmatiens des pays du nord considèrent que le verset précédemment mentionné leur interdit de soustraire leur front au soleil.  Par conséquent, tout les habitants doivent aller le front nu.  Une loi y interdit d'ailleurs le port du chapeau et même de la frange de cheveux!  Quiconque couvre son front de quoi que ce soit est considéré comme un hérétique qui rejette la Mère Céleste et s'expose à des poursuites judiciaires!   Les plus dévôt se rasent complètement la tête.  Les habitants ne sortent pas tellement durant la saison froide puisque peu de gens veulent sortir tête nue durant cette période.  Les horaires de travail et les vacances sont donc organisés en conséquence. 

 

 

À l'estEmoticone et smiley vacance bronze coup de soleil

Les dogmatiens des pays de l'est ne portent rien de particulier au front mais leurs ancêtres ont décidé que le toit de toutes les maisons et des bâtiments publics serait fait d'un matériau transparent afin que le soleil puisse y briller (c'est sans compter le grand nombre de fenêtres).  Les bâtiment à plusieurs étages comportent de grandes baies vitrées.  La nuit, les dogmetiens orientaux allument une veilleuse en forme de soleil fixée à un mur de leur chambre.   Les dogmatiens orientaux les plus dévôts se font bronzer au-delà du raisonnable, les cancers de peau sont donc très fréquents dans cette partie de la planète Dogma.  Une petite communauté isolée prêche qu'il faut vivre et dormir dehors, afin de profiter du maximum de soleil.  Ils songent à déménager dans le sud...

 

À l'ouestemoticone

Les dogmatiens de l'ouest portent au front un pendentif doré en forme de soleil.  Ils préfèrent cela à un tatouage ou un symbole imprimé parce que ça brille davantage.  Les travailleurs de nuits et ceux qui portent des verres fumées sont très mal vus dans cette partie de la planète Dogma.  Il existe une petite communauté patriarcale isolée dont les femmes ne portent pas le pendentif car le mot du verset que l'on traduit par "adorateur" est au masculin et leur leader estime que seuls les hommes sont concernés par lui.

 

Les conflits sur Dogma

Sur la planète Dogma, il y a quelques conflits.  Les gouvernements des pays du nord sont entré en guerre contre ceux du sud car les habitants les plus fanatiques considèrent qu'un front tatoué n'est pas nu (que dire d'un front ceint d'un bandeau).  Ceux qui désirent émigrer dans le sud (afin de profiter d'une température plus clémente) doivent le faire dans le plus grand secret car ils sont considérés comme des traîtres à leur peuple.  Les gouvernement du nord auraient volontier également déclaré la guerre aux pays de l'ouest mais ils considèrent les habitants "récupèrables" puisqu'ils ne portent pas de tatouage.  Ils ont donc décidé d'envoyer des prêtres pour tenter de convaincre les hommes de retirer leur pendentif.  Ils leur arrive fréquemment de proposer aux femmes mariées de divorcer et de déménager dans le nord pour y épouser des hommes au front vertueusement nu.

 

Les dogmatiens des pays de l'est méprisent les dogmatiens de l'ouest parce que, le soleil se couchant à l'ouest, ils considèrent qu'habiter à l'ouest (lorsqu'on est suffisamment âgé pour partir) est une hérésie.   De plus, la petite communauté qui vit dehors comporte dans ses rangs un certains nombre de fanatiques qui vandalisent et parfois tentent de démolir des bâtiments résidentiels de leurs pays.  Ils se font toutefois facilement capturer par les forces de l'ordre puisqu'ils n'ont pas d'habitation ou se replier...

 

Dans les pays de l'ouest, les dogmatiennes au front nu sont victime de harcèlement (parfois sexuel) de la part des hommes de la communauté majoritaire.  Des prédicateurs tentent de les convaincre de porter un pendentif au front.  Plusieurs d'entre elles finissent par accepter d'en porter un lorsqu'elles sortent de leur communauté, davantage pour qu'on leur fiche la paix que par conviction.  De plus, les albinos y sont considéré comme maudits à cause de leur grande sensibilité au soleil et sont victimes d'ostracisme, certains sont même tués.  Plusieurs émigrent vers le nord, quitte à renoncer à porter leur pendentif (ils se disent qu'ils peuvent toujours les porter à la maison, qui le saura?).

 

Le jusqu'au-boutisme islamiste

Comme on peut le voir ici dans cet exemple fictif, un verset, de prime abord inoffensif, a donné lieu à des interprétations très différentes qui ont mené à des modes de vie tout aussi différents mais aussi à de l'intolérance, de l'intimidation et même de la violence criminelle.   La religion a été totalement éclipsée par l'un de ses symboles et des personnes professant la même religion se méprisent ou se haïssent pour des détails, somme toute assez insignifiants. 

 

Dans la réalité aussi, la spiritualité est trop souvent réduite à des objets ou à des rituels, ce qui amène plusieurs dévôts à se prendre la tête inlassablement avec l'interprétation à donner à tel ou telle règle religieuse, comme si leur salut en dépendait (plusieurs en sont d'ailleurs convaincus).   Ils finissent par perdre de vue les qualités humaines de ceux qui pratiquent leur spiritualité différemment d'eux et partent en guerre pour des broutilles que leur paraissent être des montagnes. 

 

Les visiteurs réguliers de ce blog savent que l'islam fait d'un crime des choses qui ne font pas de mal en soit, comme l'athéisme, le polythéisme ou l'apostasie, qui relèvent de la conscience et non de l'action, bonne ou mauvaise.  Plusieurs musulmans intégristes croient dur comme fer que la transgression de n'importe quelle règle de l'islam, fusse-t-elle la moins importante, mène automatiquement en enfer alors que le pire crime commis au nom d'Allah, fut-il un génocide, garanti à son auteur le paradis. 

 

Les règles violentes de l'islam sont ce qu'elles sont et les musulmans modérés n'y peuvent rien, même avec la meilleure volonté du monde.  Cependant, ils peuvent encore intervenir sur l'interprétation à donner à certains versets qui régissent la vie quotidienne.  Il est impératif qu'ils prennent conscience que les intégristes, par leur attitude "jusqu'au-boutiste", font graduellement sombrer la planète dans un climat de peur, de méfiance, de délation et de haine, tout ça au nom de ce qu'ils considèrent être un idéal de perfection, un idéal inatégnable tant il exige de ses observants qu'ils piétinent leur propre humanité.