Dernière mise à jour: 2 février 2014

Des enfants voilées de noir, comme si on leur faisait déjà porter le deuil de leur enfance.  Des enfants habillés en kamikaze posant sans comprendre à côté d'une arme parfois plus grande qu'eux.  Des enfants brandissant une pancarte haineuse qu'un adulte a confectionnée, encore inconscients de la haine qui leur sera bientôt inculquée afin de faire d'eux de bons djihadistes.  Des enfants dont on broie l'innocence.

 

L'enfant est une toile vierge sur laquelle les adultes peuvent écrire ce qu'ils veulent.  Il est donc l'outil le plus précieux à tout mouvement intégriste.  Facile à manipuler et à endoctriner, on peut lui transmettre facilement une idéologie, des valeurs, des préjugés.   On peut même le transformer en une arme, une arme d'autant plus redoutable qu'on ne s'en méfie naturellement pas.

 

Conçus pour la guerre

 

Dès leur conception, les enfants sont instrumentalisés par l'islam (et pas seulement l'islam politique).  Comme je l'ai déjà mentionné dans "L'instrumentalisation du corps des femmes par l'islamisme",  l'acte de concevoir lui-même est considéré comme le djihad de la femme musulmane:

  • "La femme obtient, depuis sa grossesse et son accouchement jusqu'à son servage, le mérite spirituel d’un combattant pour la Cause d’Allah. Et si elle venait à mourir entre-temps, elle aura la rétribution spirituelle d’un martyr."  (Rapporté par Al-Bostani)

 

C'est donc dire que l'enfant à naître est déjà vu comme un djihadiste potentiel au service d'Allah, que ce soit par le combat ou par la conception d'enfants "pour la cause".  L'islam est considère d'ailleurs que tout être humain est, dès sa naissance, naturellement prédisposé au monothéisme, donc au culte d'Allah, seul culte reconnu et autorisé:

 

 30.30. Consacre-toi à la religion, en monothéiste sincère ! C'est Dieu qui a voulu que cette croyance fût inhérente à la nature de l'homme. Et l'ordre établi par Dieu ne saurait être modifié. Telle est la religion de la rectitude, mais la plupart des hommes n'en savent rien.

 

  • Le Prophète a dit: "Faites - en sorte que la première parole de vos enfants soit "Lâ ilâha ill Allah"  [Il n'y a d'autre dieu qu'Allah].

 

Certains versets du Coran et hadiths comparent les enfants à des biens matériels ou encore laissent entendre qu'il est normal de se servir d'eux pour tenter d'obtenir les faveurs d'Allah ou accéder au paradis:

 

3.14. Les hommes sont irrésistiblement attirés, dans leurs passions trompeuses, par les femmes, les enfants, les amoncellements d'or et d'argent, les chevaux de race, les troupeaux et les champs. C'est là une jouissance éphémère de la vie d'ici-bas , mais c'est auprès de Dieu que se trouve le meilleur séjour.

3.116. Quant aux infidèles, ni leurs richesses ni leurs enfants ne les protégeront du châtiment de Dieu. Ils seront voués à l'Enfer qui constituera leur demeure éternelle.

26.88. le jour où ni les biens, ni les enfants ne seront d´aucune utilité,

63.9. Ô croyants ! Ne vous laissez pas distraire par vos richesses et vos enfants du rappel de Dieu ! Ceux qui agissent ainsi seront les véritables perdants.

 

  • D'après Abou Hourayra  , le Prophète  a dit : "Quand l'homme meurt, il ne lui reste plus rien de ses actions en dehors des trois que voici : une charité courante (permanente), une science utile ou un enfant pieux qui prie pour lui"  [Rapporté par Ahmad, Mouslim, Abou Daoud, At-Tirmidhi, qui dit : "le hadith est bon et authentique", An-Nas'i et Ibn Maja]

 

  •  D’après Abou Sa’id El Khodry, (...) Le Prophète leur consacra donc un jour et leur fit un prêche comportant des choses et d’autres. Dans ses propos, il leur annonça ceci : - Aucune femme parmi vous ne présentera trois de ses enfants (que ses enfants meurent) sans qu’une séparation ne soit dressée entre elle et l’enfer. Une femme intervint pour demander :- Et s’il n’y a que deux (enfants) ? - Oui même deux, répondit, le Prophète. » (Rapporté par Boukhari)

 

  • Aïcha  a raconté ceci : « Une femme vint à moi, accompagnée de ses deux filles, me demander l’aumône. Je ne trouvai rien auprès de moi, sauf une unique datte que je lui donnai. Et elle de la partager en deux entre ses filles.  Puis elle se leva et partit. Le Prophète entra alors et je lui racontai la chose. Il dit : « Pour celui qui a été affligé en quelque manière du fait de ses filles et qui a été bon avec elles, celles-ci seront une protection contre le feu» (Rapporté par Boukhari)

 

  • D’après Ibn ‘Abbas (RA), le Messager de Dieu (saws) rencontra un groupe d’hommes montés à Arrawhâ’ (près de Médine). Il dit : « Qui êtes-vous ? » Ils dirent : « Des musulmans ». Ils dirent : « Qui es-tu ? » Il dit : « Le Messager de Dieu ». Une femme lui présenta alors un enfant et lui dit : « Est-ce que le pèlerinage de cet enfant est valable ? » Il dit : « Oui et tu as pour toi un salaire ». (Rapporté par Moslem)

     

 

L'enfant musulman est tenu de commencer à pratiquer la salat (prière rituelle) dès l'âge de 7 ans.  Deux hadiths recommandent même de battre les enfants refusant de la faire à partir de l'âge de 10 ans:

 

  • "Selon 'Amr Ibn Shou'ayb, selon son père, son grand-père (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Ordonnez à vos enfants de faire la prière à l'âge de sept ans et, quand ils en ont dix, frappez-les s'ils s'en abstiennent. Ne les faites pas coucher dans le même lit». (Rapporté par Abou Dawùd)"

 

 

L'apprentissage de la haine

 

Plus l'apprenditssage de la haine débute tôt, plus il donne des résultats.  Dans les madrassas (écoles, plus spécifiquement coraniques), les enfants apprennent à réciter le Coran par coeur et sont cruellement battus lorsqu'ils se trompent. Ces corrections ne visent pas qu'à décourager toute rébellion par la terreur mais aussi à désensibiliser les autres enfants de la souffrance d'autrui.  Il est d'autant plus facile ensuite, à mesure que ces enfants grandissent, de transformer les victimes en bourreaux

 

Cet endoctrinement n'est pas limité aux pays musulmans.  En Grande-Bretagne notamment, des enfants musulmans subissent un véritable lavage de cerveau et beaucoup de brutalité dans des madreassas.   L'Arabie Saoudite exporte à travers le monde des manuels scolaires destinés aux madrassas occidentales et qui sont conçus pour implanter dans l'esprit des enfants la haine des juifs, des chrétiens et des homosexuels, de même que la ségrégation des sexes.  Une étude intitulée "Ten years on"  (cliquer sur le premier lien de la page pour télécharger l'étude) a d'ailleurs été publiée en 2011 dans le National Post

 

Voici quelques extraits traduits de manuels scolaire islamistes:

 

"Dans un manuel  de huitième année utilisé en 2010-2011, il est écrit :  «Les singes, ce  sont les gens du Sabbat, les juifs; les cochons, ce  sont les infidèles  associés à Jésus, les chrétiens.» Dans un manuel de  «géographie» de  huitième année, on pouvait lire : «Dans plusieurs pays  du monde, les  minorités musulmanes sont menacées de génocide et de  christianisation  ou du danger que l'on implante des idées athées et des  principes  destructeurs dans leur esprit.» 

 

En huitième année, on suggère le devoir  suivant : «Énumérez les  défauts des juifs.» Dans plusieurs manuels, les  États des Balkans ainsi  que la Grèce, la Roumanie et la Bulgarie sont  présentés comme des  territoires islamiques «occupés». Et ça continue  ainsi pendant des pages  et des pages, dans toutes les matières  enseignées et à tous les  niveaux. 

 

En neuvième année, on propose les  exercices suivants : «Vous appelez  un ascenseur et, lorsqu'il arrive,  il y a une femme seule : que  faites-vous ?» Ou encore : «Si une urgence  oblige une femme à aller dans  un hôpital où il s'avère qu'il n'y a pas  de femme médecin, que  peut-elle faire pour éviter d'être seule avec le  médecin ?» Un manuel de  dixième année utilisé dans des cours de droit  est explicite : «La  punition pour l'homosexualité est la mort."

 

Une vie au service de la mort

 

En situation de conflit, les enfants musulmans sont parfois utilisés comme boucliers humains:

 

"En avril 2008, le député du Hamas Fathi Hamad, qui est aujourd’hui Ministre de l’Intérieur du gouvernement de l’organisation terroriste dans la bande de Gaza, a déclaré fièrement:

«Pour le peuple palestinien, la mort est devenue une industrie, dans laquelle les femmes jouent un role majeur ainsi que chaque personne vivant sur cette terre. Les personnes âgées, les moudjahidines et les enfants se distinguent particulièrement eux-aussi dans ce domaine. C’est dans l’optique de rendre plus complexe les attaques sionistes que des femmes, des enfants, des personnes âgées, et des moudjahidines sont utilisés comme boucliers humains. C’est comme s’ils disaient à l’ennemi sioniste : ‘Nous désirons la mort comme vous désirez la vie»" (Stratégie du Hamas (2) sacrifier enfants et vieillards comme boucliers humains" Observatoire de l'islamisation).

 

Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, lors de certaines manifestations contre Israël, des musulmans, dont des mères de famille accompagnées de leurs enfants, portent des pancartes sur lesquelles on peut lire "Nous haissons les juifs plus que nous aimons nos enfants!" et "Mères musulmanes pour le massacre des infidèles"Plusieurs parents musulmans intégristes rêvent que leurs enfants meurent en martyrs. Le garçon à droite de la photo porte une pancarte, sur laquelle est imprimée une phrase qui se termine par "...avant que je ne me fasse exploser et que je rencontre les vierges! (les 72 houris promises aux musulmans qui vont au paradis).

 

 

 

Mutilations sexuelles

 

Bien que l'excision ne soit pas spécifiquement recommandé par le Coran ou les hadith, la plupart des pays ou elle se pratiquent massivement sont des pays musulmans.  Bien des intégristes tentent donc de la faire passer pour une prescription de l'islam, c'est pourquoi je me sentais le devoir d'en parler quand même.  L'excision consiste en l'ablation totale ou partielle du clitoris et parfois des petites lèvres de la vulve.  Elle est pratiquée sur des fillettes parfois aussi jeunes que 5 ans et vise à rendre impossible tout plaisir sexuel clitoridien afin de les décourager d'avoir une vie sexuelle autre que reproductive et dans les strictes limites du mariage plus tard. L'excision est souvent pratiquées sans anesthésie, avec des méthodes artisanales et des instruments non stérilisés (couteau, lame de rasoir, etc). 

 

L'excision est parfois suivie par une infibulation, qui consiste à gratter la parois interne des grandes lèvres avant de les coudre ensembles, en ne laissant qu'une minuscule ouverture pour l'urine et le flux menstruel (ouverture souvent insuffisante):

 

"Lors d'un accouchement, la femme doit être désinfibulée pour permettre à la tête du nouveau-né de sortir du vagin. Les femmes infibulées sont à plusieurs reprises au cours de leur vie désinfibulées et réinfibulées. Lors de la nuit de noces, la désinfibulation est pratiquée par le mari, souvent à l'aide d'un couteau." (Mutilations Sexuelles Féminines -7 - Les conséquences médicales)


Les mutilations sexuelles entraînent de nombreux problèmes: traumatisme psychologiques, infection, septicémie (empoisonnement du sang),  hémorragie, rétention d'urine ou de sang, fistule, kyste, transmission du VIH, dyspareunie (rapports sexuels douloureux), obstruction des voies urinaires, incontinence, accouchement difficile, décès.

 

Le voile islamique

 

Dans plusieurs sociétés musulmanes, considère que les filles doivent se voiler à partir de l'âge de la puberté car, hormis leur visage et leurs mains, tout leur corps est considéré comme un appât sexuel.  Pourtant, on voit de plus en plus de fillettes pré-pubères portant un voile, et ce même dans les pays occidentaux.  Parfois même ce ne sont que des bébés. Certains parents musulmans se servent ainsi de leur fille pour faire pour promouvoir l'islam, d'autres cherchent à l'habituer dans son jeune âge au port du voile afin qu'elle n'ait pas l'idée de se dévoiler lorsqu'elle atteindra la puberté, ce qui revient à lui inculquer intentionnellement la phobie de montrer la quasi-totalité de son corps.

 

À moins de désobéir à leurs parents, ces petites filles arriveront à l'âge adulte sans jamais avoir senti le vent dans leur cheveux.  Plus grave, elles risquent de souffrir de rachitisme à cause de la carence en vitamine D (que le corps humain absorbe normalement par le soleil) et si elles sont victime de violence physique mais que ses bourreaux épargnent son visage, il sera impossible à un enseignant ou un travailleur social de voir les marques de coups.  Elles finiront souvent par se résigner à supporter la chaleur et l'humidité et renoncerons d'elles-mêmes à tout métier, activité culturelle ou sport qui demande une tenue plus adaptée mais plus révélatrice.

 

Le mariage forcé

 

Le droit musulman fixe à neuf ans l'âge minimum du mariage pour les filles.  C'est l'âge qu'avait Aïsha, la plus jeune épouse de Muhammad (qu'il avait épousée à l'âge de 6 ans) lorsqu'il a commencé à avoir des rapports sexuels avec elle, ce qui dans tout les pays non-musulmans est considéré comme un viol.  Tout les pays musulmans n'autorisent heureusement pas le mariage à un aussi jeune âge mais peu d'entre eux fixent à 18 ans l'âge minimum pour le mariage.  Certains imams considèrent même qu'il n'y a pas d'âge minimum pour épouser une fille, comme le cheikh saoudien Mohamed Al Arifi.

 

Le mariage avec une fillette rempli deux fonctions.  D'une part, il permet à des pédophiles de satisfaire légalement leur fantasme de domination lié à la défloration d'une vierge, fantasme renforcé par la description du paradis musulman qui promet aux musulmans 72 vierges (dont l'hymen est censé se refermer après chaque relation sexuelle en plus) et d'autre part il assure aux intégristes une progéniture nombreuse puisque, mariées avant même d'être pubères, régulièrement violées et n'ayant généralement pas accès à la contraception, ces fillettes deviennent mères dès l'âge de 13 ou 14 ans.  À cet âge les complications lors de l'accouchement sont très fréquentes et se soldent souvent par un décès.  Celles qui survivent s'exposent à des grossesses successives jusqu'à la ménopause, à moins que leur mari ne décide de les répudier ou qu'elles aient la possibilité de demander le divorce par elle-mêmes.  De plus, les unions consanguines très fréquentes ans les pays musulmans augmentent fortement les risques que les enfants souffrent d'une maladie génétique ou d'un retard mental.

 

Le Coran proscrit toute alliance des musulmans envers les non-musulmans, en particulier les juifs et les chrétiens:

 

5.51. Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas les juifs et les chrétiens pour alliés. Ils sont alliés les uns des autres. Quiconque parmi vous les prend pour alliés sera des leurs. Dieu ne guide pas les traîtres.

 

Par conséquent, il en est de même pour le mariage:

60.10. Ô vous qui croyez ! Quand des croyantes se présentent en réfugiées auprès de vous, mettez leur foi à l'épreuve, (...) Si vous êtes convaincus qu'elles sont de vraies croyantes, ne les renvoyez pas aux infidèles, car, désormais, elles ne sont plus licites pour eux ni eux licites pour elles. (...)

 

Dans de nombreuses familles de musulmans intégristes ayant immigré en Occident, les filles sont sous surveillance constante par leurs frères ou tout autre membre de sexe masculin de la famille, afin de s'assurer qu'elle ne fréquentera pas de garçon, en particulier un garçon non musulman.  Dans certaines familles, les filles qui osent braver l'interdit s'exposent à être battue et même à tuées, soit disant pour restaurer l'honneur de la famille entaché par les comportements de la victime.

 

Il n'est pas rare que des musulmans ayant immigré dans un pays non-musulman envoient leur fille adolescente, jugée trop occidentalisée dans leur pays d'origine pour y être mariées de force avec un étranger, parfois un cousin (avec tout les risques que posent les unions consanguines).

 

Le respect des droits de l'enfant

 

J'ai déjà eu l'occasion de voir, lors d'une exposition d'art contemporain, une oeuvre qui consistait en un toboggan au bas duquel se trouvait une fosse.  Je ne sait pas si cette oeuvre symbolisait la brièveté de la vie ou le rythme effréné du monde moderne mais c'est cette image me vient à l'esprit alors que je termine ce texte. Les enfants ne devraient jamais être conçus ni élevés pour tuer ou mourir.  Personne n'a le droit d'en faire des messagers et des instruments de haine. 

 

Les enfants ont le droit d'être élevés dans l'amour, le respect et la sécurité.  Ils ont le droit d'être heureux, de s'amuser et de se faire des amis, sans avoir à se demande si ceux-ci sont du bon sexe ou de la bonne religion.   Ils ont le droit à une véritable éducation qui leur permette d'ouvrir leur esprit au monde qui les entoure.  Ils ont le droit d'être aimés pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'on espère obtenir d'eux.  Ils ont le droit d'avoir des rêves et un avenir.  Mettre un enfant au monde ne nous donne pas le droit de le priver de tout cela.  Enseignons la paix aux enfants.

 

 

 

Note: la première illustration de cet article est un montage que j'ai réalisé avec des photos d'enfants trouvées sur Internet.  J'y ai ajouté trois fois la phrase "L'islamisme tue l'enfance" pour diminuer le risque que des intégristes ne se servent du montage pour promouvoir le djihad.  Ayons une pensée pour tout ces enfants à qui on a volé leur enfance.

 

Image du Blog kriscounette.centerblog.net