Surreal desert, par Shortt78, Deviant Art.

Dernière mise à jour: 3 mars 2016

 

Le mot "islam" veut dire "soumission".  Quant au mot "mouslim", (d'où découle le mot "musulman"), il veut dire "soumis".  L'islam est donc une idéologie basée sur la soumission, celle à Allah.  Une idéologie non seulement religieuse mais aussi juridique, sociale, politique et militaire.  C'est pourquoi l'islam est appelé un "din", mot arabe sans équivalent en français et désignant la soumission à un mode de vie englobant le moindre aspect de l'existence.

 

Selon les textes fondateurs de l'islam, qui sont le Coran et la Sunnah (composées de hadiths), les musulmans doivent observer une foi et une obéissance totale à Allah, dieu unique et créateur de l'Univers, de même qu'à Muhammad (Mahomet), dernier messager d'Allah, selon ses mêmes textes, et seul être humain habilité à transmettre la volonté divine.  C'est le premier et le plus important des piliers de l'islam.

 

Prise en charge

 

L'islam est un code complet qui régit la totalité de la vie du croyant.  Absolument rien n'y est laissé au hasard, que ce soit dans le Coran ou dans les hadiths, (et ce même en ne s'en tenant qu'aux "sahih", un mot arabe signifiant "authentique").  Croire, prier, se laver, s'habiller, se parer, manger, boire, voyager, se divertir, dormir, aimer, haïr, absolument tout doit se faire selon des règles aussi contraignantes qu'immuables depuis 14 siècles.  L'islam fait penser à une partie de Jacques à dit dans laquelle Muhammad remplace Jacques.  Lui seul décide de la bonne façon de faire les choses (la sienne évidemment).  Les règles ne peuvent faire l'objet d'aucune modification, assouplissement ou innovation.

 

 Quelques hadiths sur le sujet:

 

  • "Cela dit, le meilleur discours réside dans le livre d'Allah et la meilleur direction est celle de Mohammad.  Les pires des choses sont les inovations, et toute innovation est une aberration" (Hadith rapporté par Mouslim sous le numéro 867)
  •  "Allah a suspendu le repentir de tout innovateur, jusqu'à ce qu'il délaisse son innovation" (Hadith raportés par Al-Tabarani et  Adh-Dhiya al-maqdissy et qualifié d'autenthique par Al-Albani)
  • "Le prophète a dit "Quiconque innove ou héberge un innovateur à Médine, a sur lui la malédiction D'Allah, des anges et de toute l'humanité" (Hadith rapporté par Al-Bukhari et Mouslim)

 

Confronté à une situation qui n'a pas été prévue par des versets coraniques ou des hadiths, un musulman très pratiquant peut devenir aussi désemparé qu'un enfant au point d'être persuadé qu'il doit consulter un imam ou un forum musulman pour savoir ce qu'il a le "droit" ou non de faire.  Des personnes adultes se demandent le plus sérieusement du monde si elles ont le droit d'aimer telle personne, de posséder tel animal, d'exercer tel métier ou de pratiquer tel loisir. 

 

D'un point de vue doctrinal, le musulman n'a pas la possibilité de choisir ou non l'islam.  En effet, l'islam punit l'apostasie de mort et condamne à l'enfer éternel toute personne qui ne croit pas en Allah, adore un autre dieu que lui (ou l'adore conjointement avec un autre dieu), croit qu'il a un fils, n'adore personne ou tout simplement ne crois pas en une vie après la mort!   Le même sort attend ceux qui ne croient pas que Muhammad était un prophète.  Il y a dans le Coran des centaines de versets qui condamnent les infidèles à l'enfer, directement ou indirectement.   C'est donc bien davantage par la menace de l'enfer que par la spiritualité que le musulman est appelé à se soumettre à Allah.

 

Quelques versets sur le sujet (le premier verset correspond à la sourate, le second au verset comme tel):

 

4.48  Certes Allah ne pardonne pas qu'on ne Lui donne quelqu'associé.  À part cela, Il pardonne à qui Il veut.  Mais quiconque donne à Allah quelqu'associé commet un énorme péché.

4.89.  Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru: alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d´alliés parmi eux, jusqu´à ce qu´ils émigrent dans le sentier d´Allah. Mais s´ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur,

8.39   Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus aucune association et que la religion soit entièrement à Allah.  Puis, s'ils cessent (ils seront pardonnés) Allah observent bien ce qu'ils oeuvrent

20.113  C'est ainsi que Nous avons révélé ce Coran en arabe, en y multipliant les menaces, afin de susciter chez les hommes la crainte de Dieu ou de les pousser à en méditer le sens.

 

Se fondre dans la masse

 

Dans l'islam, l'individu n'existe que pour se fondre à l'Oumma, (la communauté musulmane), jusqu'à se dissoudre totalement en elle.  Sa propre vie ne lui appartient pas.  Il doit suivre le courant et ne se distinguer d'aucune façon de ses coreligionnaires, si ce n'est dans le zèle à servir Allah.  Son rôle est en effet de se lancer dans un combat permanent pour que la loi d'Allah prévale sur toute la Terre.  Il est appelé à n'être que l'une des nombreuses cellules anonymes d'un immense organisme dont Allah est le cerveau.  L'islam ne lui donne aucune liberté d'être, de ressentir, de penser ou d'agir de façon indépendante.  Il est comme un véhicule se déplaçant sur des rails placés entre deux précipices.

 

8.24.  Ô vous qui croyez! Répondez à Allah et au Messager lorsqu'il vous appelle à ce qui vous donne la (vraie) vie, et sachez qu'Allah s'interpose entre l'homme et son coeur, et que c'est vers Lui que vous serez rassemblés. 

 

Le Coran n'a pas été élaboré pour favoriser la réflexion: le mot Coran lui-même signifie "récitation" et ses sourates, au lieu d'être classées par ordre chronologique, sont classées par ordre inverse de longueur (à l'exception de la première), pour en faciliter l'apprentissage par coeur. 

 

Dans l'islam, les moindres pensées, paroles ou gestes du musulman sont connus d'Allah et doivent lui être consacrés et/ou être agréés par lui pour qu'il puisse espérer accéder au paradis après sa mort.  L'islam est une prise en charge totale du croyant, corps et âme.  Il n'y a aucune alternative à la soumission totale à Allah, sinon une éternité de souffrances atroces:

 

33.36  Il n´appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu´Allah et Son messager ont décidé d´une chose d´avoir encore le choix dans leur façon d´agir. (...)*

42.35  Ceux qui disputent à propos de Nos preuves savent bien qu'ils n'ont pas d'échapatoire

42.46  Ils n'auront pas de protecteur en dehors d'Allah pour les secourir et quiconque Allah égare n'a plus aucune voie

50.17   En effet, deux anges se tiennent l'un à droite et l'un à gauche de l'homme pour enregistrer tout ses faits et gestes.

9.23  Ô vous qui croyez!  Ne prenez pas pour alliés, vos pères et vos frères s'ils préfèrent la mécréance à la foi.  Et quiconque parmi vous les prend pour alliés... ceux-là sont les injustes

9.111  Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis (...)

22.19  (...)  Les négateurs recevront des vêtements de feu, et il leur sera versé sur la tête un liquide bouillant

22.20  qui fera fondre leurs entrailles et leur peau

22.21  pendant que des massues de fer seront préparés à leur intention.

Note: le mot "négateur" désigne ceux qui nient l'existence d'Allah ou la divinité du Coran.

 

  • Abu Hayra rapporte que le Prophète a dit: Si Dieu aime un serviteur, Il appelle Jibril (Paix sur lui) et lui dit : J'aime un tel, alors aime-le. Il (le Prophète) dit : Alors Jibril l'aime. Ensuite, Jibril appelle les habitants du ciel, en disant : Dieu aime untel, alors aimez-le. Et les habitants du ciel l'aiment. Il (le Prophète) dit : Ensuite, on favorise son acceptation sur Terre. Et si Dieu déteste un serviteur, Il appelle Jibril (Paix sur lui) et dit : Je déteste untel, alors déteste-le. Il (le Prophète) dit : Alors Jibril le déteste. Ensuite, Jibril appelle les habitants du ciel, en disant : Dieu déteste untel, alors détestez-le. Et tous les habitants du ciel le déteste. Il (le Prophète) dit : Ensuite, on favorise son rejet sur Terre. (Hadith rapporté par Muslim et par al-Bukhari, Malik, et at-Tirmidhi)
  • Abu Haytah rapporte que le Prophète a dit: Dieu (puissant et sublime) dit : (...) Mon serviteur ne s'approche de Moi que par ce que J'aime le plus, par les devoirs religieux que je lui ai enjoint, et Mon serviteur ne cesse de se rapprocher par des oeuvres surérogatoires jusqu'à ce que je l'aime. Quand je l'aime, Je suis l'oreille par laquelle il entend, l'oeil par lequel il voit, la main par laquelle il frappe et le pied avec lequel il marche. (...) (Hadith rapporté par al-Bukhari)

 

La vie et la mort

 

Dans l'islam, la vie est un train que l'on doit regarder passer sans bouger.  Selon ce qu'enseigne le Coran, la véritable vie ne commence après la mort (même si la plupart des musulmans ne la voient heureusement pas ainsi).  Il n'est pas possible au musulman de jouir à la fois des plaisirs du monde terrestre et des plaisirs de l'au-delà, il lui faut choisir.   La jouissance des premiers étant considéré comme un comportement d'infidèle et ces derniers étant condamnés à l'enfer, le "choix" est vite fait.  Après tout, comparé à une éternité de souffrances, une vie, même malheureuse, se semble pas si longue.

 

D'une certaine façon, la situation d'un musulman intégriste est plus frustrante encore que celle d'une personne emprisonnée contre son gré ou physiquement handicapée:  il est son propre geôlier dans une cage ouverte.  Réduit à regarder les mécréants vivre sans lui et à les haïr de toute ses forces pour cela, il est comme un oiseau à qui on aurait appris que c'est mal de voler.  Sa seule et unique consolation est la perspective de sa propre mort qui lui ouvrira les portes de la liberté. 

 

46.20  Et le jour où ceux qui ont mécru seront présentés au Feu (il leur sera dit): "vous avez dissipé [vos biens] excellents et vous en avez joui pleinement durant votre vie sur terre: on vous rétribue donc aujourd'hui du châtiment avilissant, pour l'orgueil dont vous enfliez injustement et pour votre perversité.

47.11  Ceux qui croient et accomplissent de bonnes oeuvres, Allah les fera entrer dans des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux.  Et ceux qui mécroient jouissent et mangent comme les bestiaux, et le Feu sera leur lieu de séjour.

 

  •  Ce monde est une prison pour le croyant et un paradis pour l'incroyant, (Hadith rapporté par Mouslim)

 

Observé de façon intégrale, l'islam mène à l'anéantissement total de l'individu, de la liberté et de la vie elle-même, l'anihilation de tout ce qui nous distingue d'une machine, bref la négation de la spiritualité censée être à la base de toute religion.  Emmuré vivant dans une idéologie rigide et paralysé par une multitude de règles (qui tiennent davantage du trouble obsessionnel-compulsif que de la spiritualité), un musulman résolu à pratiquer l'islam des origines ne peut le faire parfaitement qu'en renonçant à son humanité.   Il devient alors facile pour les promoteurs du djihad militaire d'en faire un robot dépourvu de jugement et dont la seule volonté est celle d'exécuter et de transmettre sa programmation.

  

 

Statue_homme_qui_se_lib_re

 

Break trough from your mold, par Zenos Frudakis

 

*Verset  prétendument révélé à Muhammad au moment celui-ci cherchait à convaincre Zaynab (qui devint plus tard sa propre épouse), d'épouser son fils adoptif, Zayd.   An fait, elle ne voulais pas épouser Zayd.

 

dalek smiley