http://mdubbleu.files.wordpress.com/2009/01/tree-of-knowledge.jpg

 

Bien que je milite contre le mythe de l'islam pacifique et l'islamisme, je ne suis pas nécessairement d'accord avec toutes les solutions proposées par les "islamo-lucides" pour contrer l'islamisation de l'Occident.  Je pense à ceux qui réclament l'interdiction pure et simple de toute immigration musulmane, une mesure avec laquelle  je ne suis pas du tout d'accord (j'espère qu'ils sont une minorité).   Je sais que je me ferai pas d'amis en l'écrivant mais je ne milite pas pour me faire des amis et je suis fermement déterminée à lutter contre l'islamisation sans trahir mes valeurs humanistes.  J'aimerais expliquer ici mon point de vue afin d'être bien comprise par tous.

 

Les minorités religieuses dans les pays musulmans.

 

Ceux qui militent pour que l'Occident ferme ses frontières à l'immigration musulmane précisent rarement s'ils parlent de l'immigration de personnes musulmanes ou de toute immigration en provenance d'un pays musulman.  Il n'existe aucun pays dont la population est musulmane à 100%.  Dans la plupart des 57 pays musulmans, il existe des minorités religieuses plus ou moins importantes. Les chrétiens par exemple, formeraient 42% de la population au Liban, 35% au Tchad, 10% en Guinée-Bissau, 9% au Turkménistan, 9.9% en Indonésie, 6% en Jordanie, 5% en Égypte et au Mali, 3% au Pakistan, 1.1% au Maroc et 0.6% en Turquie (il est difficile d'avoir des chiffres exacts).  Même en Palestine, ils sont 3%. 

 

Il y a également, selon les pays, d'autres minorités religieuses: juifs, hindous, druze, baha'is, alaouite, sabéens, zoroastriens, agnostiques et déistes.  Il y a aussi des athées mais le fait que l'islam condamne à mort les apostats n'encourage pas tellement ceux de culture musulmane à le révéler ouvertement.  Même dans les pays où les apostats ne risquent pas la mort, ils risquent tout de même l'ostracisme familial et social, ce qui peut être très handicapant.

 

Les minorités religieuses subissent des persécutions parfois très violentes dans plusieurs pays musulmans, (notamment en Égypte, en Iran et au Pakistan).  C'est la raison pour laquelle elles s'amenuisent au fil de l'émigration, des attentats meurtriers, des conversions forcées, etc.  Fermer les frontières de l'Occident à toute immigration en provenance des pays musulmans priverait donc ces personnes de la possibilité d'y trouver refuge.

 

Les minorités sexuelles, les femmes... et les musulmans!

 

Les personnes homosexuelles, bisexuels, travesties et transgenre  sont elles aussi victimes de persécutions dans plusieurs pays.  Les actes homosexuels sont légalement considérés comme un crime dans plus de 100 pays.  Dans 27 d'entre eux, ils peuvent mener à une peine d'emprisonnement et dans 8 d'entres eux, (tous des pays à majorité musulmane) ils peuvent même mener à la peine de mort:  Afghanistan, Arabie Saoudite, Iran, Nigéria, Mauritanie, Soudan et Yémen.  En Iran, les homosexuels ont le choix entre la mort et le changement de sexe (il y a clairement là une confusion entre orientation et identité sexuelle).

 

Ce n'est un secret pour personne, dans bien des pays, les droits des femmes ne sont pas protégés et c'est particulièrement vrai dans les pays musulmans.  Selon les pays, les femmes sont susceptibles d'y subir de nombreuses injustices: statut de mineure à vie, mutilations sexuelles, code vestimentaire répressif, mariage précoce, forcé ou polygame, manque d'accès à la contraception, à l'instruction et au monde du travail, perte de la garde des enfants en cas de répudiation, viol punitif, absence de ressource pour les femmes victimes d'agressions sexuelle et de violence familiale, crimes dit d'honneur, etc.  Beaucoup de musulmanes immigrent en Occident pour avoir enfin accès à une vie où elles puissent s'épanouir et vivre en citoyennes libres.

 

Les intégristes musulmans ne s'attaquent pas qu'aux minorités religieuses et sexuelles et aux femmes, ils s'attaquent également bien souvent à d'autres musulmans soit parce qu'ils appartiennent à une branche minoritaire de l'islam (chiite, ahmadi, souffie, etc), soit parce qu'ils sont trop modérés à leurs goût.  Ainsi pour bon nombre d'entre eux, les musulmans opposés à la charia, les partisans de la laïcité, les artistes, les journalistes et les intellectuels sont tous de potentiels empêcheurs d'islamiser en rond et des menaces à neutraliser le plus vite possible. 

 

La Déclaration universelle des droits de l'homme.

 

Aucun des 57 pays musulmans n'a ratifié la Déclaration universelle des droits de l'homme.  Ils ont plutôt ratifié la Déclaration des droits de l'homme en islam, qui subordonne les droits humains à la charia, qui ne reconnaît ni l'égalité entre musulmans et non-musulmans, ni l'égalité entre les hommes et les femmes, ne reconnaît pas la liberté de conscience (puisqu'elle prévoit l'exécution des apostats), permet la torture (amputation des voleurs et flagellation des personnes coupable de fornication) et prévoit la lapidation des personnes reconnues coupables d'adultère. 

 

La totalité des états occidentaux ont ratifiée la première déclaration, une chose dont nous devons être fiers.  Chaque article de cette déclaration garantie sont importants mais on peut mentionner particulièrement l'article 1 qui affirme que nous sommes tous égaux en dignité et en droits, l'article 2 qui interdit toute discrimination basée, entre autre,  sur la race, la couleur, le sexe, la langue ou la religion, les articles 18 et 19 garantissant respectivement la liberté de conscience et d'expression, l'article 23 garantissant des conditions de travail décentes ou l'article 26 garantissant le droit à l'éducation.

 

Nous avons tendance à prendre pour acquis les droits que nous confère la Déclaration universelle des droits de l'homme nous confère, dont s'inspirent les diverses chartes des droit et libertés propre à chaque pays non-musulman.   Il est même fréquent d'entendre des occidentaux déplorer jusqu'à l'existance de ces chartes, sous prétexte qu'elles sont invoquées par les demandeurs d'accommodements religieux pour justifier leur demande.   Il est important de réaliser que ces chartes protègent également tout ce qui est menacé par l'islamisme: la liberté d'expression, la liberté de conscience, l'égalité des sexes, la démocratie, etc.

 

Interdire l'immigration en provenance de pays musulmans ne serait pas seulement discriminatoire et contraire à l'éthique, ce serait tout bonnement inapplicable.  Il est impossible de prouver les croyances d'une personne, pas plus qu'il est possible de prouver son absence de croyance.  N'importe qui peut mentir sur ses croyances s'il croit que cela peut augmenter ses chances de voir sa demande d'immigration acceptée.   De toute façon, avec les conversions à l'islam, n'importe quel immigrant, fusse-t-il occidental, peut être musulman.   Il y a également des occidentaux "de souche" qui se convertissent.

 

Se tirer dans le pied

 

Ceux qui militent contre l'immigration musulmane nuisent considérablement à la lutte contre l'islamisme.  D'abord en facilitant l'amalgame entre islamo-lucides et tenant de l'extrême-droite, intolérant et raciste, ensuite, ça coule de source, en décourageant les quelques gauchistes, qui sont encore capables de jeter un regard non-complaisant sur l'islam (dont votre humble blogueuse), de s'associer au mouvement!  Enfin, les discours intolérants sont utilisés comme prétexte pour justifier l'attitude victimaire de certains musulmans qui ont tout intérêt à se prétendre haïs et persécutés.  De toute façon, pour pouvoir dénoncer l'intolérance de l'islam avec un minimum de crédibilité, il faut soi-même éviter de l'être

 

Il est certain que s'il n'y avait plus d'immigration musulmane dans les pays occidentaux, l'islamisation de l'Occident serait grandement ralentie (sans être toutefois interrompue), mais à ce compte-là, on pourrait aussi dire qu'on pourrait diminuer la maltraitance d'enfant en obligeant toutes les femmes en âge de procréer à porter un stérilet et limitant le droit de se reproduire qu'à ceux et celles qui ont passé avec succès un test de compétences parentales.  Est-ce que ce serait éthique?  Non bien sûr.  Même avec les meilleures intentions du monde, limiter les libertés et les droits humains pour certaines catégories de personnes n'est jamais une bonne idée.   Dans toute lutte pour la liberté, nous ne devons jamais perdre notre humanité sinon nous finissons par ressembler à ceux que nous dénonçons.