Image du Blog islamiqueduacdu93.centerblog.net

Dernière mise à jour: 2 mai 2019

 

On peut en douter lorsqu'on lit ses nombreux versets violents mais il y a bel et bien des versets qu'on pourrait qualifier de tolérants et de positifs dans le Coran!  Des versets qui encouragent le pardon, la générosité et même une attitude conciliante envers les non-musulmans!  Toutefois, avant de se baser là-dessus pour prétendre que l'islam n'est qu'amour, paix et tolérance, il convient de rappeler ces trois faits importants:

 

1) Les 114 sourates du Coran sont censées avoir été révélées sur une période de 23 ans:  13 ans à la Mecque et 10 ans à Médine. Contrairement aux sourates médinoises, (où l'on retrouve la majorité des versets violents et intolérants), les sourates mecquoises correspondent à une époque où les musulmans n'étaient qu'une poignées et ne possédaient aucun pouvoir militaire ou politique pour imposer leur doctrine.  Le calendrier musulman commence en 622, soit à l'Égire (départ des musulmans de la Mecque).

 

2) Elles ne sont pas classées par ordre chronologique mais en ordre inverse approximatif de longueur (à l'exception de la première), afin d'en faciliter la mémorisation et la récitation, ("récitation" est d'ailleurs la traduction exacte du mot "Coran").  Voici dans quel ordre on devrait lire les sourates pour avoir une meilleure idée de la chronologie:

Sourates mecquoises:

96, 68, 73, 74, 1, 111, 81, 87, 92, 89, 93, 94, 103, 100, 108, 102, 107, 109, 113, 114, 112, 53, 80, 97, 91, 85, 95, 106, 101, 75, 104, 77, 50, 90, 86, 54, 38, 7, 72, 36, 25, 35, 19, 20, 56, 26, 27, 28, 17, 10, 11, 12, 15, 6, 37, 31, 34, 39, 40, 44, 45, 46, 51, 88, 18, 16, 71, 14, 21, 23, 32, 52, 67, 69, 70, 78, 79, 82, 84, 30, 29, 83.

Sourates médinoises:

2, 8, 3, 33, 60, 4, 99, 57, 47, 13, 55, 76, 65, 98, 59, 24, 22, 63, 58, 49, 66, 64, 61, 62, 48, 5, 9, 110

 

3) En cas de contradiction entre deux versets, le plus récent abroge le plus ancien du moins en principe.

 

 

Image du Blog mumuland.centerblog.net

Voici une compilation de versets semblant olérants et positifs, surtout s'ils sont lus hors-contexte.  Chaque citation est précédée du classement de la sourate dont il provient, (dans l'ordre traditionnel et dans l'ordre chronologique) et suivi de la mention "mecquoise" ou "médinoise".  La traduction utilisée est la version corrigée de celle de Hamidullah.  D'autres versets seront éventuellement ajoutés à cette liste.

 

 

Sourate 2, 87e, médinoise

2.177  La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelqu´amour qu´on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l´aide et pour délier les jougs, d´accomplir la Salat et d´acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu´ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, les voilà les véridiques et les voilà les vrais pieux !

La bonté doit-elle absolument être pieuse et musulmane?  En quoi la générosité du non-musulman ou de l'athée vaut-elle moins?  Dans le second cas, le fait d'être  généreux sans attendre une récompense ni craindre une punission n'est-il pas une preuve de bonté authentique et désintéressée?

 

2.191: Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d´où ils vous ont chassés: l´association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez (pas près de la Mosquée sacrée avant qu´ils ne vous y aient combattus. S´ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants.
(...).

Ce verset (qui fait allusion à l'expulsion des musulmans de la Mecque par des mecquois polythéistes du clan quraychite) peut donner l'impression que l'islam ne permet de faire la guerre que dans une situation d'autodéfense mais il a été révélé plusieurs années après les évènements, alors que la Mecque était désormais sous le contrôle de Muhammad. Comme ce verset n'interdit aux musulmans d'attaquer les premiers que près de la Mosquée sacrée, on ne peut pas parler de guerre d'autodéfense mais plutôt de représailles. 

 

2.215   Ils t´interrogent: "Qu´est-ce qu´on doit dépenser?" - Dis: "Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait"

Rien à redire, ce verset est absolument parfait.

 

2.220  (...) Et ils t´interrogent au sujet des orphelins. Dis: "Leur faire du bien est la meilleur action. Si vous vous mêlez à eux, ce sont vos frères [en religion]". Allah distingue celui qui sème le désordre de celui qui fait le bien (...)

Pour trouver ce verset émouvant, il est préférable de ne pas avoir lu le récit des attaques musulmanes qui se soldaient par le massacre de tout les hommes, faisant par le fait même des orphelins de père de tout leurs enfants qui étaient ensuite réduits à l'esclavage avec leur mère et, dans le cas des petits garçons, étaient castrés.  Ces enfants ne pouvaient évidemment pas prétendre à un quelconque héritage paternel, les possessions de leur père étant pillées avec le reste des biens des habitants de leur village.

 

2.231  Et quand vous divorcez d'avec vos épouses, et que leur délai expire , alors reprenez-les conformément à la bienséance, ou libérez-les conformément à la bienséance. (...)

Le début de ce verset fait allusion à la période d'attente (trois mois) que doit observer une femme musulmane avant de quitter son mari, afin que ce dernier puisse s'assurer qu'elle n'est pas enceinte, (auquel cas il a le droit de la reprendre). Une femme désirant divorcer ne devrait même pas avoir à attendre un seul jour pour quitter la maison.  La possibilité qu'elle soit enceinte ne saurait justifier que son mari la retienne contre son gré.

 

2.256  Nulle contrainte en religion! Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroît au Rebelle tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient.

 

La première phrase de ce verset est probablement le passage du Coran le plus souvent cité par des musulmans pour prouver que l'islam respecte la liberté de conscience.  Cependant, gardons en tête que ce verset est considéré comme abrogé par le verset 5 de la sourate 9 (qui est aussi la dernière à avoir été "révélée"):

9.5. Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

De plus, le verset 254 de la sourate 2 traite les mécréants d'injustes, le verset 257, à l'instar de centaines d'autres, condamne littéralement "ceux qui ne croient pas" à l'enfer.   Enfin,  l'islam (4.89) condamne les apostats à mort.  Pour plus d'informations sur le verset 256, cliquer sur ce lien.

 

2.263  Une parole agréable et un pardon valent mieux qu´une aumône suivie d´un tort. Allah n´a besoin de rien, et Il est indulgent.

Le verset suivant celui-ci dénonce ceux qui font l'aumône (la zaqat) sans croire en Allah et au Jour du jugement dernier, les traite de mécréants et promet qu'ils ne tireront aucun profit de leurs actes, ce qui signifie probablement qu'ils iront en enfer (là où vont tout les mécréants selon le Coran de toute façon).  Il est certainement moins hypocrite de donner aux pauvres sans croire en Allah que de le faire par peur de l'enfer.   

 

 

Sourate 3, 89e, médinoise

 

3.133  Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux,
3.134  qui dépensent dans l´aisance et dans l´adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui - car Allah aime les bienfaisants -

Le verset 3.131 promet l'enfer aux mécréants, ce qui laisse entendre, soit que le verset 3.134 ne parle que de pardonner aux musulmans, soit qu'Allah encourage les musulmans à pardonner à des mécréants promis à l'enfer.  La première interprétation semble la plus vraisemblable.

 

3.159  C´est par quelque miséricorde de la part d´Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude, au coeur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d´Allah). Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t´es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance.

Ce verset concerne les gens que le verset 156 de la même sourate traite de mécréants parce qu'ils déplorent que leurs proches (morts en combattant pour Allah) soient partis au combat.  Comme mentionné précédemment, le Coran condamne les mécréants à l'enfer.  Une religion pacifique ne ferait pas du refus de la guerre un motif de condamnation à l'enfer, (qui est la pire peine qu'il soit possible de concevoir).

 

Sourate 4,  92e, médinoise:

 

4.19  Ô les croyants!  Il ne vous est pas licite d'hériter des femmes contre leur gré.  Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu'elles ne viennent à commettre un péché prouvé.  Et comportez-vous convenablement avec elles.  Si vous avez de l'aversion pour elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez une aversion pour une chose où Allah a placé un gand bien.

Déjà, l'idée qu'une femme puisse constituer un héritage comme un vulgaire bien matériel, (même avec son consentement), est odieuse.  Ensuite, aucun péché, quel qu'il soit, ne devrait empêcher une femme de se ramarier, tant que c'est avec un homme consentant!

 

4.36  Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Allah n´aime pas, en vérité, le présomptueux, l´arrogant

Une personne véritablement bonne refuse l'idée même de posséder un être humain.  Au fait, le verset suivant associe l'avarice et la mécréance ("Pas d'amalgame" qu'ils disaient...)

 

4.63  Voilà ceux dont Allah sait ce qu´ils ont dans leurs coeurs. Ne leur tiens donc pas rigueur, exhorte-les, et dis-leur sur eux-mêmes des paroles convaincantes.

Si ce verset (dans lequel Allah s'adresse à Muhammad) est effectivement tolérant,  11 sourates ont été "révélées" après la sourate 4 et certaines d'entre elles contiennent des versets très violents sur l'attitude à adopter avec les "mécréants".

 

4.92  Il n´appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n´est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu´il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n´y renonce par charité. Mais si [le tué] appartenait à un peuple ennemi à vous et qu´il soit croyant, qu´on affranchisse alors un esclave croyant. S´il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu´on verse alors à sa famille le prix du sang et qu´on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n´en trouve pas les moyens, qu´il jeûne deux mois d´affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage.

4.93  Quiconque tue intentionnellement un croyant,  Sa rétribution sera alors l'Enfer, pour y demeurer éternellement.  Allah l'a frappé de Sa colère, l'a maudit et lui a préparer un énorme châtiment. 

Ces versets n'interdisent pas le meurtre en général mais seulement le meurtre d'un musulman.  De plus, l'expression "prix du sang" est une allusion directe à la loi du Talion, qui permet à la famille de la victime d'un meurtre d'exiger qu'un membre de la famille du meurtrier soit tué en réparation.  Enfin, nul remord n'est exigé du meurtrier par Allah puisqu'il lui suffit de se priver d'un esclave (considéré comme un vulgaire bien matériel) ou, s'il n'a pas les moyens de se passer de son esclave, de nourriture, pour acheter son pardon.

 

4.112  Et quiconque acquiert une faute ou un péché puis en accuse un innocent, se rend alors coupable d'une injustice et d'un péché manifeste.

Alors là, tout à fait d'accord!  Un verset que tout les aspirants terroristes devraient méditer!

 

Sourate 5, 112e, médinoise

 

5.32  C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.

Déjà, ce verset s'adresse aux juifs et est une citation approximative du Talmud:

Traité Sanhedrin, chapitre 5, Mishna 5 :

(…) C’est pour cela que l’homme a été créé seul, pour t’apprendre que celui qui ôte la vie à un fils d’Israël, détruit un monde entier ; et celui qui sauve la vie d’un fils d’Israël, sauve un monde entier. (…)

Ensuite, il importe de savoir ce qu'on entend ici par "corruption".  Ce mot a été traduit de "fitna", qui a davantage le sens de "subversion".  Or, l'écrasante majorité des exégètes du Coran qualifient de subversion le refus des polythéiste de se convertir a l'islam et le refus des juifs et des chretiens de choisir entre la conversion et le paiement de la jyzia, un impôt réservé aux juifs et aux chrétiens vivant sous domination musulmane (et désigné dans 9.29 par '"capitation", soit un impôt "per capita").  Le verset 33 de la sourate 5 parle de "...ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre" et dont la "récompense" est "qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulses du pays."  Ça ne semble pas désigner des attaquants au sens militaire du terme. 

 

Sourate 6, 55e, mecquoise

 

6.54  (...) Votre Seigneur s'est prescrit à Lui-même la miséricorde.  Et quiconque d'entre vous a fait un mal par ignorance, et ensuite s'est repentie et s'est réformé...  Il est, alors, Pardonneur et Miséricordieux.

Le "mal" dont il est question et fait par ignorance pourrait aussi bien inclure la violation de l'une des nombreuses règles de l'islam.  Dans ce cas, toute personne ayant pris connaissance de ces règles mais qui refuse toujours de se convertir est exclue d'office de cette tolérance.  La notion de ce qui est bien ou mal doit être clairement détaillée pour qu'on puisse juger de la tolérance d'un tel verset.

 

6.108  N'injuriez pas ceux qu'ils invoquent, en dehors d'Allah, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance. De même, Nous avons enjolivé (aux yeux) de chaque communauté sa propre action. Ensuite, c'est vers leur Seigneur que sera leur retour; et Il les informera de ce qu'ils oeuvraient.

Ce verset mecquois fait allusion aux "associateurs" (lire 6.162 et 6.163) c'est à dire les polythéistes (qui "associent" d'autres divinités à Allah).  Dans le verset 6.106, Allah ordonne à Muhammad de s'en écarter, après avoir mentionné que "Point d'autre divinité de Lui".  Au fait, c'est une drôle d'idée de la part d'Allah que d'enjoliver aux yeux des communautés des actes qu'il considère répréhensibles et d'attendre leur mort (ou le jugement dernier) pour les informer qu'ils ont eu tort (et les envoyer en enfer pour cette raison). 



6.151. (...) Ne tuez qu'en toute justice la vie qu'Allah a fait sacrée. Voilà ce qu'[Allah] vous a recommandé de faire; peut-être comprendrez-vous.

Pour savoir de quelle vie il est question dans ce verset, il faut se rapporter aux hadiths sahih suivants:

 

"Maïmoun Ben Siyah demanda à Anas Ben Malik : «Ô Abou Hamza, lui dit-il, qu’est-ce qui fait que la vie et les biens d’un homme sont sacrés ? – Celui qui atteste qu’il n’y a pas d’autre divinité en dehors de Dieu, répondit Anas, qui se tourne vers notre Qibla et effectue notre prière, qui mange la viande des animaux égorgés selon notre rite est un Musulman. Il possède les mêmes droits et les mêmes devoirs que les Musulmans. »" (Rapporté par Boukhari).

 

"D’après Ibn ‘Omar, l’Envoyé de Dieu a dit : « J’ai pour ordre de lutter contre les gens (polythéistes), jusqu’à ce qu’ils professent qu’il n’y a pas d’autre divinité en dehors de Dieu et que Mohammed est l’Envoyé de Dieu ; qu’ils pratiquent la prière et paient la zakat. Lorsqu’ils s’exécuteront, leur sang et leurs biens seront respectés, à moins que l’Islam n’en décide autrement et ils ne seront redevables de leurs comptes qu’envers Dieu. »" (Rapporté par Boukhari).


"Selon Abou Hourayra (RA), le Messager de Dieu (saws) a dit : « Le Musulman est le frère du Musulman. Il ne le trahit pas, ne lui ment pas et ne se refuse jamais à le secourir. Tout Musulman est sacré pour tout autre Musulman : son honneur, ses biens et son sang. La piété est ici (et il fit signe trois fois sa sa poitrine). Il suffit à quelqu’un pour être mauvais de mépriser son frère Musulman »". (Rapporté par Tirmidhi).

 

"D'après Al-Miqdâd Ibn Al-'Aswad (que Dieu l'agrée) J'ai dit à l'Envoyé de Dieu : "Figurez-vous que je me suis heurté à un polythéiste qui en m'ayant livré combat, m'amputerait la main avec son sabre, puis se réfugierait derrière un arbre où il prononcerait la profession de foi. Aurais-je droit à le tuer ou non (pour se venger) après qu'il eut prononcé la profession de foi?". L'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) me répondit par le négatif. - "Mais, ai-je repris, il m'a coupé la main, et ce n'est qu'après cela qu'il a déclaré sa conversion à l'Islam. Pourrais-je donc le tuer?". - "Ne le tue pas, répéta l'Envoyé de Dieu, car si tu le tues, il sera dans l'état où tu étais avant de l'exécuter (musulman), et toi tu te trouveras dans celui où il était avant de se convertir (mécréant)".(Raporté par Mouslim).

 

"Selon ‘Abdullâh Ibn ‘Omar (RA), le Messager de Dieu (saws) a dit : « Le croyant ne cesse de se trouver à l’aide dans sa religion tant qu’il n’a pas fait couler un sang interdit".


En outre, l'islam permet de tuer un musulman qui apostasie ou qui commet l'adultère (c'est d'ailleurs ce qu'il faut entendre par "en toute justice"):

"D'après 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (que Dieu l'agrée), l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Il n'est pas permis de verser le sang d'un musulman qui témoigne qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu et que je suis l'Envoyé de Dieu, sauf dans ces trois cas : l'époux adultère, le coupable d'un meurtre et l'apostat qui abandonne la communauté musulmane"." (Rapporté par Mouslim).

 

 

6.164  Dis : "Chercherais-je un autre Seigneur qu'Allah, alors qu'Il est le Seigneur de toute chose? Chacun n'acquiert [le mal] qu'à son détriment : personne ne portera le fardeau (responsabilité) d'autrui. Puis vers votre Seigneur sera votre retour et Il vous informera de ce en quoi vous divergez.

Le passage qui dit qu'on ne doit pas porter la responsabilité des fautes des autres est parfaitement juste mais on voit bien à lire le reste du verset que le fait de croire en un autre dieu qu'Allah est assimilé à une faute grave.  De plus, les versets coraniques qui reprennent les récits de punitions collectives infligées par Dieu dans l'Ancien-Testament contredisent l'idée qu'Allah ne fait jamais porter la responsabilité des fautes d'un individus à d'autres personnes. 

 

Sourate 9, 113e, médinoise

 

9.60  Les Sadaqats ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les coeurs sont à gagner (à l'Islam), l'affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d'Allah, et pour le voyageur (en détresse).

Une aumône destinée à séduire les non-musulmans (ceux "dont les coeurs sont à gagner") n'est pas un acte de générosité mais de manipulation.  Or, on n'achète pas la foi.  Une "foi" qui se manifeste après un don n'est que du théâtre et le "converti", un comédien corrompu. 

 

9.71  Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres.  (...)

Ce verset serait plus émouvant s'il prônait la solidarité envers toute l'humanité et s'il n'était pas suivit (9.73) par un verset qui promet l'enfer aux incroyants!  Mais que pouvions-nous attendre de l'avant-dernière sourate à avoir été "révélée"?

 

Sourate 10, 51e, mecquoise

 

10.99  Si ton Seigneur l'avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru.  Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants?

Eh bien, il semble que Muhammad n'ait pas écouté le divin message (relire le second hadith cité sous la référence 6.151).   

Au fait, le verset 100 de la sourate 10 dit ceci:

Il n´appartient nullement à une âme de croire si ce n´est avec la permission d´Allah. Et Il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas.

Il est vrai qu'avec Allah, on n'en est pas à une contradiction près.

 

Sourate 15, 54e, mecquoise

 

15.3  Laisse-les manger, jouir (un temps), et être distraits par l'espoir; car bientôt ils sauront!

Ce verset "tolérant" ne fait rien d'autre que de demander à Muhammad de laisser les mécréants jouir de la vie en attendant qu'Allah les punisse lors du jugement dernier:

15.2 [Le Jour du Jugement Dernier] les mécréants voudraient avoir été Musulmans [soumis].

 

15.88 Ne regarde surtout pas avec envie les choses dont Nous avons donné jouissance temporaire à certains couples d'entre eux, ne t'afflige pas à leur sujet et abaisse ton aile pour les croyants.

Même principe.

 

Sourate 16, 70e, mecquoise

 

16.82 S'ils se détournent... il ne t'incombe que la communication claire.

Même principe (ce verset parle de ceux qui apostasient de l'islam).

 

16.119 Puis ton Seigneur envers ceux qui ont commis le mal par ignorance, et qui se sont par la suite repentis et ont amélioré leur conduite, ton Seigneur, après cela, est certes Pardonneur et Miséricordieux. 

Relire le commentaire faisant suite à 6.54.

 

16.126  Et si vous punissez, infligez  [à l'agresseur] une punition égale au tort qu'il vous a fait.  Et si vous endurez... cela est certes meilleur pour les endurants.

Bref, on prône le pardon mais surtout la vengeance "équitable".  À ce sujet,  il faut garder en tête que, selon Loi juive du Talion (reprise dans le Coran), il est considéré comme équitable pour le musulman dont l'esclave a été assassiné de tuer un esclave appartenant au meurtrier.

 

Sourate 17, 50e, mecquoise

 

17.15  Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour lui-même; et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre détriment. Et nul ne portera le fardeau d'autrui. Et Nous n'avons jamais puni [un peuple] avant de [lui] avoir envoyé un Messager.

Ce verset, qui nous assure que personne ne paie pour les péchés des autres, prétend pourtant justifier les punitions collectives contre les peuples qui refusent d'écouter les messagers d'Allah.  Le pire, c'est qu'à lire le verset suivant, on se rend compte qu'il suffit que les plus riches habitants d'une cité refusent de respecter les prescriptions de l'islam pour qu'Allah considère que tout les autres méritent d'être punis:

"17.16  Et quand Nous voulons détruire une cité, Nous ordonnons à ses gens opulents [d'obéir à Nos prescriptions], mais (au contraire) ils se livrent à la perversité. Alors la Parole prononcée contre elle se réalise, et Nous la détruisons entièrement."

 

17.23. (...) et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : "Fi! " et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses.

17.24. et par miséricorde; abaisse pour eux l'aile de l'humilité; et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit".

17.25. Votre Seigneur connaît mieux ce qu'il y a dans vos âmes. Si vous êtes bons; Il est certes Pardonneur pour ceux qui Lui reviennent se repentant.

 

Rien à redire sur ses trois versets.

 

17.26.  Et donne au proche parent ce qui lui est dû ainsi qu'au pauvre et au voyageur (en détresse).  Et ne gaspille pas indûment,

Rien à redire.  Payer ses dettes, faire preuve de générosité et éviter le gaspillage sont des habitudes tout à fait louables.

 

17.31. Et ne tuez pas vos enfants par crainte de pauvreté; c'est Nous qui attribuons leur subsistance; tout comme à vous . Les tuer, c'est vraiment, un énorme pêché.

Ce verset aurait été plus tolérant s'il interdisait tout simplement l'infanticide pour quelque raison que ce soit. 

 


17.33  Et; sauf en droit, ne tuez point la vie qu'Allah a rendu sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent] . Que celui-ci ne commette pas d'excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi).

Tout est dans les mots "sauf en droit", qui veulent dire "sauf dans les cas où c'est autorisé".  En vertu du Coran, il est permis de tuer le meurtrier d'un musulman, un apostat, un "corrupteur", etc.  La loi du Talion permet aussi le meurtre en réparation d'un meurtre (2.178) .  Enfin, le verset 9.29 autorise le meurtre de ceux qui ne croient ni en Allah ni au "jour dernier"... Personnellement, je considère que tuer une autre personne sans être en situation de légitime défense est un meurtre, quelle que soient les circonstances.  De plus, utiliser un euphémisme comme "excès" pour qualifier un meurtre qui n'est pas "licite" est tout à fait ridicule.

 

17.34 Et n'approchez les biens de l'orphelin que de la façon la meilleure, jusqu'à ce qu'il atteigne sa majorité. Et remplissez l'engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements

Effectivement, le tuteur d'un orphelin ne devrait jamais s'approprier ses biens.  Bien entendu, ce verset ne fait aucune mention des orphelins de guerre.

 

18.29  La vérité émane de votre Seigneur,quiconque le veut,qu'il croit et quiconque le veut qu'il mécroie. Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cernent. Et s'ils implorent à boire on les abreuvera d'une eau comme du métal fondu brûlant les visages. Quelle mauvaise boisson et quelle détestable demeure!

Difficile de trouver tolérant un verset qui condamne à l'enfer ceux qui ne croient pas.

 

Sourate 20, 45e, mecquoise

20.130 Supporte patiemment ce qu'ils disent (...)

"Ils", ce sont ceux qui ne croient pas aux révélations d'Allah, comme le mentionne le verset 127 (qui les condamne pour cela à l'enfer).  Le verset 128 quant à lui, parle des générations qu'Allah a fait périr...

 

Sourate 22, 103e, medinoise

 

22.39  Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir -

22.40 Ceux qui ont été expulsés de leurs demeures , - contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient: "Allah est notre Seigneur". - Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué. (...)

Rien à redire contre l'autodéfense mais il est bon de mentionner que les versets suivants rappellent le funeste sort de différents peuples "mécréants" (peuple de Noé, d'Abraham, de Loth ainsi que les Aad, les Tamuds et les gens de Maydan) qui ont tout bonnement été éliminés par Allah (paraît-il très miséricordieux, dixit lui-même).  Fait cocasse: dans 22.45, on mentionne que des cités ont été détruites parce qu'elles commettaient des "tyrannies".  J'avoue avoir du mal à imaginer ce qui peut être plus tyrannique qu'un génocide.  Il est vrai que lorsque c'est un dieu génocidaire qui décide de ce qui est bien ou mal... 

 

Sourate 23, 74e, mecquoise

 

23.96  Repousse le mal par ce qui est meilleur.  Nous savons très bien ce qu'ils décrivent.

Rendre le mal par le bien est louable mais il faut savoir que le "ils" fait allusion aux associateurs (polythéistes) à qui l'enfer est promis.

 

Sourate 24, 102e, médinoise.

 

24.27. Ô vous qui croyez! N'entrez pas dans des maisons autres que les vôtres avant de demander la permission [d'une façon délicate] et de saluer leurs habitants. Cela est meilleur pour vous. Peut-être vous souvenez-vous.

24.28.Si vous n'y trouvez personne, alors n'y entrez pas avant que permission vous soit donnée. Et si on vous dit : "Retournez", eh bien, retournez. Cela est plus pur pour vous. Et Allah, de ce que vous faites est Omniscient.

Rien à redire, c'est le bon sens même.

 

24.33 Ceux de vos esclaves qui cherchent un contrat d'affranchissement concluez ce contrat avec eux si vous reconnaissez du bien en eux; et donnez-leur des biens d'Allah qu'Il vous a accordé.  Et dans votre recherche des profits passagers de la vie présente, ne contraignez pas vos femmes esclaves à la prostitution si elles veulent rester chastes (...).

L'esclavage est une chose immonde qui doit être dénoncée dans toutes les cultures!  Il est inacceptable qu'un être humain, homme ou femme, soit considéré comme un bien qui peut être acheté, vendu ou échangé.  Aucun esclave ne devrait avoir besoin d'un contrat pour s'affranchir, ni avoir à prouver qu'il mérite d'être libre.   Quant aux femmes esclaves, le Coran interdit peut-être qu'on les force à se prostituer mais il accorde à leur maître le droit d'avoir des relations sexuelles avec elles (4.3, 4.24, 23.6, 33.50 et 70.30), ce qui revient à permettre le viol puisque seule une femme libre peut donner un libre consentement.

 

Sourate 25, 42e, mecquoise

 

25.63.  Les serviteurs du Tout Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre, qui, lorsque les ignorants s'adressent à eux disent: "Paix".

Ce verset est certes tolérant quoiqu'un peu insultant pour les "ignorants", (les non-musulmans je présume)... 

 

25.67 Qui, lorsqu´ils dépensent, ne sont ni prodigues ni avares mais se tiennent au juste milieu.

Bref, qui sont généreux mais pas trop...

 

25.68 Qui n´invoquent pas d´autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu´Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition

Relire le commentaire de 6.141 en ce qui concerne "la vie qu'Allah a rendue sacrée".  Pour le reste, les polythéistes devraient avoir droit au même respect que n'importe quel être humain et les personnes célibataires devraient avoir le droit d'avoir une vie sexuelle, du moment que celle-ci n'implique ni agression ni pédophilie.

 

Sourate 28, 49e, mecquoise

 

28.54.Voilà ceux qui recevront deux fois leur récompense pour leur endurance, pour avoir répondu au mal par le bien, et pour avoir dépensé de ce que Nous leur avons attribué ;

Rien à redire, sinon qu'économiser son argent n'est pas un péché et ne mène pas obligatoirement à l'avarice 

 

28.55  et quand ils entendent des futilités, ils s'en détournent et disent: "À nous nos actions, à vous les vôtres.  Paix sur vous.  Nous ne recherchons pas les ignorants."

Les paroles de paix sont toujours l'air plus sincères lorsqu'on évite de les faire suivre par des insultes...

 

Sourate 29, 85e, mecquoise

 

29.46  Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. Et dites : "Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est le même , et c'est à Lui que nous nous soumettons".

Les "gens du livre", (du grec "biblios"), sont les juifs et les chrétiens.  Pour savoir si ce verset est tolérant, il faut d'abord savoir ce que le Coran entend par "injustes".  Le verset 154 de la sourate 2 dit clairement "Et ce sont les mécréants qui sont les injustes", le verset 21 de la sourate 6 demande "Qui donc est plus injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah, ou qui traite de mensonge Ses versets ?"  et le verset 57 de la sourate 18 demande "Quel pire injuste que celui à qui on a rappelé les versets de son Seigneur et qui en détourna le dos" .  Ensuite, 29.46 est probablement considéré comme abrogé par 9.30 qui appelle à l'anéantissement par Allah des chrétiens qui disent que Jésus est le fils de Dieu et aussi des juifs qui disent que c'est Usair qui est le fils de Dieu (le plus ironique étant que les juifs ne disent même pas cela).

 

Sourate 30, 84e, mecquoise

 

30.21  Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. (...)

Rien à redire.  Un mariage sans affection ni bonté est d'une grande tristesse.

 

30.38  Donne donc au proche parent son dû, ainsi qu'au pauvre, et au voyageur en détresse. Cela est meilleur pour ceux qui recherchent la face d'Allah (Sa satisfaction); et ce sont eux qui réussissent.

30.39  Tout ce que vous donnerez à usure pour augmenter vos biens au dépens des biens d'autrui ne les accroît pas auprès d'Allah, mais ce que vous donnez comme Zakat, tout en cherchant la Face d'Allah (Sa satisfaction)... Ceux-là verront [leurs
récompenses] multipliées.

Promouvoir la générosité c'est très bien mais insister sur la récompense qui attend les personnes généreuses encourage la charité intéressée. 

 

35.29  Ceux qui récitent le Livre d'Allah, accomplissent la Salat, et dépensent, en secret et en public de ce que Nous leur avons attribué, espèrent ainsi faire un commerce qui ne périra jamais.

Idem.

 

 

Sourate 35, 43e, mecquoise

 

35.18  Or, personne ne portera le fardeau d'autrui.  Et si une âme surchargée [de péchés] demande à l'aide, rien de sa charge ne sera supporté par une autre même si c'est un pr0che parent.  Tu n'avertis en fait que ceux qui craignent leur Seigneur (...)

Relire Versets sur les génocides attribués à Allah.  Sinon, rien à redire.  On ne répétera jamais assez que personne ne devrait avoir à payer pour les fautes d'autrui.  Merci de prendre note que la responsabilité des Croisades n'est pas transférable aux descendants des peuples européens!

 

Sourate 39, 59e, mecquoise

 

39.15  Adorez donc, en dehors de Lui, qui vous voudrez! " - Dis: "Les perdants sont ceux qui, au Jour de la Résurrection, auront causé la perte de leur propres âmes et celles de leurs familles.  

Ce verset n'est tolérant qu'au début puisqu'il qualifie de perdants ceux qui croient en d'autres divinités qu'Allah et leur promet une punition lors du jugement dernier (on peut présumer qu'il s'agit de l'enfer).  On notera que la fin du verset contredit 6.164 et 35.18 au sujet des fautes assumées par d'autres personnes que celles qui les ont commises.

 

 

Sourate 41, 61e, mecquoise

 

41.34  La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles.  Repousse [le mal] par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux.

41.35  Mais (ce privilège) n'est donné qu'à ceux qui endurent et il n'est donné qu'au possesseur d'une grâce infinie.

Rien à redire, ce sont des versets très pacifiques (contrairement au reste de la sourate dont ils sont extraits).

 

Sourate 42, 62e, mecquoise

 

42.37.qui évitent [de commettre] des péchés les plus graves ainsi que les turpitudes, et qui pardonnent après s'être mis en colère,

D'accord avec la partie sur le pardon mais parmi les péchés qui sont considérés comme les plus graves dans l'islam, il y a le polythéisme et l'apostasie, qui ne sont des péchés que pour ceux qui s'opposent à la liberté de conscience.

 

42.40  La sanction d'une mauvaise action est une mauvaise action [une peine] identique.  Mais quiconque pardonne et réforme, son salaire incombe à Allah.  Il n'aime point les injustes!

Seul le passage sur le pardon est pacifique puisque, en vertu de la Loi du Talion, une sanction équivalente peut aussi bien être un meurtre.  De plus, un dieu qui "n'aime point les injustes" de devrait-il pas les décourager de répliquer à une mauvaise action par une mauvaise action identique?

 

42.43  Et celui qui endure et pardonne, cela en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires.

Rien à redire.

 

42.48  S'ils se détournent...  Nous ne t'avons pas envoyé pour assurer leur sauvegarde : tu n'es chargé que de transmettre [le message].

Veuillez noter que les versets précédent celui-ci condamnent les "injustes" à l'enfer.

 

49.9  Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l'un d'eux se rebelle contre l'autre, combattez le groupe qui se rebelle, jusqu'à ce qu'il se conforme à l'ordre d'Allah. Puis, s'il s'y conforme, réconciliez-les avec justice et soyez équitables car Allah aime les équitables.

49.10  Les croyants ne sont que des frères.  Établissez la concorde entre vos frères, et craignez Allah afin qu'on vous fasse miséricorde.

49.11 Ô vous qui avez cru!  Qu'un groupe ne se raille pas d'un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu'eux.  Et que des femmes ne se raillent pas d'autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu'elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux).  Quel vilain mot que "perversion" lorsqu'on a déjà la foi.  Et quiconque ne se repent pas... ceux-là sont les injustes.

49.12 Ô vous qui avez cru! Évitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est péché. Et n'espionnez pas; et ne médisez pas les uns des autres. L'un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort? (Non! ) vous en aurez horreur. Et craignez Allah. Car Allah est Grand Accueillant au repentir, Très Miséricordieux.

 

Ne vaut-il pas mieux considérer que tout les humains sont nos frères?  Ensuite, s'il est considéré comme vilain de traiter un croyant de pervers, c'est donc dire que la non-croyance est assimilée à une perversion, ce qui n'est pas particulièrement tolérant.

 

Sourate 45, 65e, mecquoise

 

45.14  Dis à ceux qui ont cru de pardonner à ceux qui n'espèrent pas les jours d'Allah afin qu'Il rétribue [chaque] peuple pour les acquis qu'il faisait.

Encore un verset qui n'est tolérant qu'au début puisqu'il évoque la rétribution des peuples qui ne croient pas en une vie après la mort (là aussi on peut présumer qu'il s'agit de l'enfer).  Cette punition collective entre d'ailleurs également en contradiction avec 6.164 et 35.18 qui prétendent que personne ne paiera pour les fautes d'autrui.  Même un dieu déterminé à punir par la damnation éternelle le scepticisme au sujet de la vie après la mort devrait savoir qu'on retrouve au sein de toutes les peuples des enfants, des handicapés mentaux, des malades mentaux et les vieillards atteints d'Alzheimer ou autre type de sénilité et qui ne sont même pas en mesure de comprendre le concept de vie après la mort. 

 

Sourate 50, 34e, mecquoise

 

50.45  Nous savons mieux ce qu'ils disent.  Tu n'as pas pour mission d'exercer sur eux une contrainte.  Rappelle donc, par le Coran celui qui craint Ma menace.

Avec les versets précédents celui-ci qui promettent l'enfer aux mécréants et ceux qui parlent des générations (de mécréants) qu'Allah a fait périr, difficile de trouver ce verset vraiment tolérant, surtout qu'il désigne le musulman comme étant celui qui craint la menace d'Allah.

 

Sourate 53, 23e, mecquoise

 

53.38  qu'aucune [âme] ne portera le fardeau [le péché] d'autrui,

Relire 45.14...

 

Sourate 58, 105e, médinoise

 

58.3  Ceux qui comparent leurs femmes au dos de leur mère, puis reviennent sur ce qu'ils ont dit, doivent affranchir un esclave avant d'avoir aucun contact [conjugal] avec leur femme (...)

58.4  Mais celui qui n'en trouve pas les moyens doit jeûner alors deux mois consécutifsavant d'avoir aucun contact [conjugal] avec sa femme.  Mais s'il ne peut le faire non plus, alors qu'il nourrisse soixante pauvres. (...)  Et les mécréants auront un châtiment douloureux.

 

Ces versets concernent les musulmans qui répudient une épouse en prétendant qu'elle leur est aussi interdite que le dos de leur mère (expression populaire à l'époque j'imagine).  On voit bien ici que l'affranchissement d'un esclave n'est pas présenté comme un acte de bonté mais comme un acte expiatoire visant à se priver d'une possession matérielle.  De même, la générosité destinée à racheter un péché n'est pas plus sincère que celle du délinquant condamné à effectuer des travaux communautaires.

 

Sourate 60, 91e, médinoise

 

60.8   Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables.

 

Il y a des formules plus chaleureuses que "Ne vous défend pas".   À noter que le verset 4 de la même sourate dit que Abraham et ceux qui le suivaient ont dit à leur peuple: "Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul".

 

Sourate 64, 108e, médinoise

 

64.14  Ô vous qui avez cru, vous avez de vos épouses et de vos enfants un ennemi [une tentation].  Prenez-y garde donc.  Mais si vous [les] excusez passez sur [leurs] fautes et [leur] pardonnez, sachez qu'Allah est pardonneur, Très Miséricordieux.

La dernière phrase de ce verset peut être considéré comme "pacifique", contrairement aux deux premières qui sont plutôt insultantes pour les personnes concernées.

 

Sourate 65, 99e, médinoise

 

65.6  Et faites que ces femmes habitent là où vous habitez, et suivant vos moyens.  Et ne cherchez pas à leur nuire en les contraignant à vivre à l'étroit.  Et si elles sont enceintes, pourvoyez à leurs besoins jusqu'à ce qu'elles aient accouché.  Puis, si elle allaitent [l'enfant né] de vous, donnez-leur leur salaire. (...)

 

Rien à redire à la première phrase.  Par contre, même s'il est normal dans une société patriarcale où les femmes n'ont aucune source de revenu, qu'un mari pourvoit aux besoin de son épouse, on peut ressentir un certain inconfort à l'idée que l'argent qu'elles reçoivent de lui durant la période d'allaitement soit considéré comme un salaire. 

 

Sourate 73, 3e, mecquoise

 

73.10  Et endure ce qu'ils disent; et écarte-toi d'eux d'une façon convenable
73.11  Et laisse-moi avec ceux qui crient au mensonge et qui vivent dans l'aisance; et accorde-leur un court répit:
 

Il est difficile de savoir avec précision de quels non-musulmans il est question mais la tolérance apparente de ces versets est quelque peu ternie par les deux versets suivants qui leur promettent l'enfer et ses tortures.  Au fond, la tolérance demandée à Muhammad à leur sujet ne vise qu'à permettre à Allah d'être le seul à les faire souffrir après leur mort. 

 

79.45  Tu n'es que l'avertisseur de celui qui la redoute.

Même principe.

 

Sourate 86, 36e, mecquoise

 

86.17  Accorde, (Ô Prophète) donc un délai aux infidèles: accorde-leur un court délai.

Le temps d'arriver à Médine et de recevoir d'autres "instructions divines" moins conciliantes?

 

Sourate 90, 35e, mecquoise

 

90.12  Et qui te dira ce qu'est la voie difficile?

90.13  C'est délier un joug [affranchir un esclave]

90.14  ou nourrir, en un jour de famine,

90.15  un orphelin proche parent

90.16  ou un pauvre dans le dénuement.

90.17  Et c'est être, en outre, de ceux qui croient et s'enjoignent mutuellement l'endurence, et s'enjoignent mutuellement la miséricorde.

 

Dans l'islam, comme précédemment mentionné, l'affranchissement d'un esclave et la générosité sont souvent présentés comme des moyens d'expier des péchés.  Si l'aumône fait partie des piliers de l'islam, en revanche, il n'y a aucun verset qui remette en question le système de l'esclavage. 

 

Sourate 93, 11e, mecquoise

 

93.9  Quant à l'orphelin, donc, ne le maltraite pas.

93.10  Quant au demandeur , ne le repousse pas.

 

Rien à redire.

 

Sourate 109, 18e, mecquoise

 

109.1  Dis : "Ô vous les infidèles!
109.2  Je n'adore pas ce que vous adorez.
109.3  Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
109.4  Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez.
109.5   Et vous n'êtes pas adorateurs de ce que j'adore.
109.6  À vous votre religion, et à moi ma religion".

 

Cette courte sourate fut "révélée" après que des mecquois aient suggéré à Muhammad qu'eux et les musulmans adorent tous Allah durant un an puis, que l'année suivante, les uns et les autres adorent tous les dieux traditionnels des mecquois.  Muhammad refusa tout net et c'est ce refus qu'expriment ces versets et non une quelconque tolérance religieuse.   Lorsque, des années plus tard, Muhammad conquis la Mecque, il détruisit les statues de divinités diverses qui entouraient la pierre de la Kaa'ba (n'épargnant qu'une statue de la Sainte Vierge):

 

"3333. `Abdoullah Ibn Mas'oûd (que Dieu l'agrée) a dit : Quand le Prophète entra à La Mecque, - Ibn Abou `Umar ajouta : le jour de la Conquête -, il y avait autour de la Ka`ba trois cent soixante idoles. Du bout d'une baguette qu'il tenait à la main, il piqua chaque idole en disant : La Vérité (l'islam) est venue et l'Erreur a disparu. Car l'erreur est destinée à disparaître. La Vérité (l'islam) est venue. Et le Faux (la mécréance) ne peut rien commencer ni renouveler." (Rapporté par Mouslim).  Note: ce hadith s'intitule "La destructions des idoles autour de la Ka'ba".



"‘Abdallah Ben Mess’aoud a dit : « Le Prophète pénétra dans la Mecque, le jour de sa prise. Il y avait trois cent soixante idoles, alignées tout autour du Sanctuaire. Le Prophète les toucha une à une à l’aide d’une baguette qu’il tenait à la main en disant : - La vérité est venue, le mensonge s’est dissipé. La vérité est venue et le mensonge à présent ne pourra plus commencer ni recommencer. »" (Rapporté par Boukhari)

 

 

Conclusion

 

Beaucoup de musulmans appliquent quotidiennement les versets les tolérants du Coran sans se soucier de la religion des personnes qu'ils côtoient, traitant les non-musulmans avec le même respect que les musulmans.  C'est tout à leur honneur et il est vraiment regrettable qu'ils puissent être associés par amalgame à des musulmans intégristes.  Toutefois, ça ne constitue aucunement une preuve que l'islam est une religion basée sur l'amour, la paix et la tolérance.  Tout au plus cela révèle qu'ils ont des connaissances limités des aspects intolérants de l'islam ou décident tout simplement de ne pas tenir compte des textes qui heurtent leur conscience.  Dans le dernier cas, ils manifestent une réjouissante indépendance d'esprit qui doit être encouragée.

 

Image du Blog nonauxstereotypes.centerblog.net