code vestimentaire DAESH

 

Le vêtement rempli divers rôles: protéger du froid, du soleil, des égratignures ou de la saleté,indiquer les fonctions d'une personne dans un cadre professionnel, faciliter la pratique d’un sport ou tout simplement parer.  Le rôle du voile intégral lui est de soustraire le corps d'une femme à la vue des hommes.  En cela, il n'est pas vraiment un vêtement, il est plutôt l'équivalent d'un rideau, d'une clôture ou d'un mur, la seule différence étant qu’on peut se déplacer avec lui.  Il est une alternative à la séquestration des femmes à la maison, on pourrait même dire qu’il est un prolongement de cette séquestration.  Il pourrait tout aussi bien être remplacé par une cabine portative dotée de bras robotisés.



Dans les régions d'Irak et de Syrie sous contrôle de l'EI, les femmes sont désormais obligées de se couvrir entièrement le corps, incluant le visage, le contour des yeux, les mains et les pieds.  Celles qui osent déroger à ces ordres courent le risque d’être arrêtées par Hisbah, (la police religieuse de l'EI), d’être battues à coups de bâton et leur mari ou tuteur fouetté!  



Le hijab, qu'elles étaient une majorité à porter, n'était pas suffisant pour satisfaire aux critères de décence féminine de l'organisation.  Même l'abaya saoudienne est jugée trop obscène par l'EI puisqu'elle-ci révèle vaguement la silhouette de celle qui la porte!  L'organisation a donc conçu une abaya suffisamment épaisse et ample pour camoufler complètement la silhouette féminine (photo ci-dessus).  Elle est noire bien sûr, tout comme les chaussures noires qu’elles doivent également porter, des fois que la vue d'une couleur sur un corps féminin ne provoquerait des orgies spontanées sur la place publique...


Les partisans du voile intégral ne cherchent pas seulement à cacher le corps des femmes, il veulent le censurer, en effacer jusqu'au souvenir, en nier jusqu'à l'existence,  obsédés qu'ils sont de ce corps qu'ils désirent et haïssent pour cela.  Voilée intégralement, la femmes n'est qu'un esprit, même pas pur en plus.  On ne la repère plus par ce qu'on voit d'elle mais par les informations qui nous manquent lorsqu'on regarde dans sa direction.  La où on devrait voir une femme, on ne voit qu'une silhouette noire et informe qui se déplace et on suppose qu'il s'agit d'une femme.


Même lorsqu’elles sont couvertes de la tête aux pieds, dans l’esprit d’un partisan du voile intégral, la femme n'est jamais la bienvenue dans le monde extérieur.  Elle n’en fait pas vraiment partie, elle n’y est que tolérée, après tout, il faut bien qu’elle sorte de temps en temps pour faire les courses, aller chercher les enfants à l’école et travailler (quand on l'y autorise).  Allah est partout mais ce n'est pas assez.  Toujours sous la surveillance d'un mari, d'un père, d'un frère ou de la police religieuse, le moindre de ses déplacements et de ses comportements en public doit être soigneusement contrôlé.

 

La femme vient au monde mais c’est déjà trop.  Sa simple existence dérange.  Même voilée intégralement, les fanatiques ne voient qu'elle.  Son invisibilité est aveuglante, son silence est assourdissant.  Malgré tout leurs efforts, ils ne parviennent pas à oublier sa présence sous les ténèbres.

 

Suggestions de lecture:

Pourquoi les islamistes sont-ils angoissés par la femme ?

L'islam ou la pudeur à deux vitesses

Voile musulman: la régression (mise à jour)

Réflexion sur le voile